Free Essay

Etude Pays Norvège

In: Business and Management

Submitted By Hlne56
Words 13414
Pages 54
DOSSIER PAYS - Norvège
DOSSIER PAYS - Norvège
Session 2013
Hélène BIENVENÜE
Ecole Nationale de Commerce
Session 2013
Session 2013
Hélène BIENVENÜE
Ecole Nationale de Commerce
Session 2013

| I). | CARTE DU PAYS | Page 2 | II). | CADRAGE GÉNÉRAL ET CHIFFRES CLÉS | Page 3 | | - Situation géographique | Page 3 | | - Ressources naturelles | Page 5 | | - Principales villes et nombre d’habitants | Page 5 | | - Population (structure, croissance démographique, espérance de vie, niveau de vie, pouvoir d’achat, accès à l’éducation) | Page 6 | | - Religions et coutumes | Page 7 | | - Langue officielle et langue des affaires | Page 9 | | - Contexte politique et institutionnel | Page 9 | | - Situation économique et financière, tendances de la consommation | Page 13 | | - Secteurs porteurs | Page 17 | | - Dynamique du risque Pays et environnement des affaires | Page 20 | III). | PRÉSENCE FRANÇAISE, COMMERCE ET INVESTISSEMENT | Page 22 | | - Le commerce extérieur de la Norvège | Page 22 | | - La structure des échanges entre la France et la Norvège | Page 26 | | - Les investissements étrangers en Norvège – la place de la France | Page 29 | IV). | RÉGLEMENTATION DES ÉCHANGES | Page 31 | V). | INFORMATIONS PRATIQUES ET CARNET D’ADRESSES UTILES | Page 33 | | - Comment se rendre en Norvège, y séjourner, s’y déplacer | Page 33 | | - Us et coutumes dans le monde des affaires | Page 38 | | - Points contacts et adresses utiles | Page 40 |
SOMMAIRE

SOMMAIRE

I). CARTE DU PAYS

II). CADRAGE GÉNÉRAL ET CHIFFRES CLÉS

1). Situation Géographique
Sources : http://www.studentsoftheworld.info/infopays/wfb_fr.php3?CODEPAYS=NOR, http://www.lemoci.com/Norvege/14-Presentation-generale.htm

Situation : | Europe du Nord, avoisinant la Mer du Nord et l'Océan Atlantique Nord, à l'ouest de la Suède | Coordonnées géographiques : | 62 00 N, 10 00 E | Carte : | Europe | Superficie : | total : 324 220 km2 terres : 307 860 km2 eau : 16 360 km2 | Superficie - comparatif : | légèrement plus grand que le Nouveau Mexique | Frontières terrestres : | total : 2 544 km pays frontaliers : Finlande 729 km, Suède 1 619 km, Russie 196 km | Littoral : | 21 925 km (incluant le continent 3 419 km, de grandes îles 2 413 km, de longs fjords, de nombreuses petites îles et indentations mineures 16 093 km) | Revendications maritimes : | zone contiguë : 10 milles nautiques mer territoriale : 4 milles nautiques plateau continental : 200 milles nautiques zone économique exclusive : 200 milles nautiques | Climat : | tempéré le long des côtes, modifié par le Courant Atlantique Nord ; intérieur plus froid avec des précipitations plus importantes et des étés plus froids | Terrain : | glaciaire ; principalement des hauts plateaux et montagnes sauvages entrecoupées de vallées fertiles ; petites plaines dispersées ; littoral profondément découpé par les fjords ; toundra arctique au nord | Altitudes extrêmes : | point le plus bas : Mer de Norvège 0 m point le plus haut : Galdhøpiggen 2 469 m | Utilisation des terres : | terres cultivées avec renouvellement annuel (ex. champs de céréales) : 3% cultures permanentes (sans renouvellement - ex. vergers, vignes...) : 0% autres : 97% (est. 1998) | Terres irriguées : | 1 270 km2 (est. 1998) | Risques naturels : | éboulements de rochers, avalanches | Environnement - problèmes actuels : | pollution de l'eau ; pluies acides détériorant les forêts et les lacs, menaçant les poissons ; Pollution de l'Air par les véhicules | Environnement - accords internationaux : | adhésion à : Pollution de l'Air, Pollution de l'Air - Oxyde d'Azote, Pollution de l'Air - Polluants Organiques Persistants, Pollution de l'Air - Soufre 85, Pollution de l'Air - Soufre 94, Pollution de l'Air - Composants Organiques Volatiles, Antarctique - Protocole Environnemental, Antarctique - Ressources Vivantes Marines, Phoques de l'Antarctique, Traité sur l'Antarctique, Biodiversité, Evolution du Climat, Désertification, Espèces en Voie de Disparition, Modification de l'Environnement, Déchets Dangereux, Loi de la Mer, Déversement de Produits dans la Mer, Interdiction des Essais Nucléaires, Protection de la Couche d'Ozone, Pollution par les Navires, Bois Tropical 83, Bois Tropical 94, Marécages, Chasse aux Baleines signé, mais non ratifié : Evolution du Climat - Protocole de Kyoto | Géographie - note : | environ deux-tiers de la surface du pays est couverte de montagnes ; quelque 50 000 îles au large du littoral très découpé ; lieu stratégique proche des couloirs de navigation et aériens de l'Atlantique Nord ; le littoral compte parmi les accidentés du monde |

2). Ressources naturelles

Pétrole, cuivre, gaz naturel, pyrite, nickel, minerai de fer, zinc, plomb, poisson, bois, énergie hydroélectrique

3). Principales villes et nombre d’habitants
Sources :http://www.mfe.org/index.php/Portails-Pays/Norvege/Presentation-du-pays/Villes-principales

La Norvège est divisée en 19 comtés (fylke) subdivisés en 454 municipalités.
Environ 80 p. 100 des habitants de la Norvège vivent en zone urbaine.

Oslo
Appelée CHRISTIANIA entre 1624 et 1925, la ville compte 500 000 habitants (750.000 dans l'agglomération). Commune très étendue (454 km2), elle est située au fond d'un fjord et entourée de collines boisées légèrement élevées. Fondée en 1048, Oslo est la résidence de la famille royale, du gouvernement, du Parlement et de la Cour Suprême. C'est à la fois une cité commerciale, industrielle et le port le plus important du pays. L'université d'Oslo, fondée en 1813, est la plus ancienne et la plus importante de Norvège. Elle offre le plus large choix d'études et de diplômes du pays.

Bergen
La deuxième ville de Norvège (250.000 habitants), ancienne cité de la Hanse commerçante et maritime fondée en 1070, est aussi le centre culturel de la Norvège occidentale avec une importante université. Un festival international s'y déroule en mai/juin. La ville est dotée d'un climat particulièrement pluvieux. Anciens docks pittoresques, environs côtiers et fjord réputés.

Trondheim
Fondée en 997 sous le nom de Nidaros, la ville compte 150.000 habitants. Capitale de la Norvège jusqu'en 1380 et principale ville catholique jusqu'à la Réforme.
Les rois norvégiens sont couronnés dans sa cathédrale. Port, centre commercial et industriel important. Ecole polytechnique.

Stavanger
Port cosmopolite d'environ 100.000 habitants, Stavanger est le centre des activités liées à l'exploitation pétrolière en mer du Nord. Deuxième communauté française de Norvège (Total). Industries navales.

Tromso
Dans cette commune la plus étendue de Norvège, 58.000 habitants se partagent une surface de 2558 km2 (l'équivalent du Luxembourg). Tromsö est le port de départ de nombreuses expéditions arctiques et son université (à dominante médicale) est la plus septentrionale du monde. L'activité économique est très marquée par l'exportation de poissons et de fourrures.

4). Population (structure, croissance démographique, espérance de vie, niveau de vie, pouvoir d’achat, accès à l’éducation, à la santé)
Sources : http://www.francemondexpress.fr/IMG/pdf/04_dossier_norvege.pdf http://www.studentsoftheworld.info/infopays/wfb_fr.php3?CODEPAYS=NOR, En tant que grande démocratie, la Norvège possède une société libre et se trouve à la pointe des avancées sociales de notre temps.

A). La place de la femme
La société norvégienne est une des plus féministes au monde. Les femmes rencontrent ainsi de moins en moins de différences de traitement avec leurs homologues masculins, tant au quotidien que dans le monde du travail. Ainsi, le salaire moyen des femmes atteint déjà 88% de celui des hommes, et de nombreux postes de décideurs sont tenus par des femmes.
La Chambre de Commerce Franco-Norvégienne axera d’ailleurs la célébration de son 90ème anniversaire à Oslo le 8 octobre 2009 sur le thème « Women & Business ».

B). L’environnement
Proches de la nature, les Norvégiens ont très vite pris conscience des enjeux climatiques. Précurseur dans le domaine du développement durable – notion originaire de Norvège – le pays est ainsi à la pointe des techniques de protection de l’environnement, à l’instar de l’énergie hydroélectrique et de la capture du CO2.

C). Le sens de légalité
Au sein de la société norvégienne, chaque individu est l’égal de son concitoyen en termes de droits et de traitement. Les distances hiérarchiques sont très peu marquées et le management y est « horizontal ». A titre d’illustration, le coefficient de Gini, qui mesure la répartition des richesses, est de 0,258 en Norvège, ce qui en fait le 6e pays au monde le plus égalitaire en termes de revenus.
D). Quelques indicateurs :

Population : | 4 525 116 (est. Juillet 2002) | Pyramide des âges : | 0-14 ans : 20% (garçons 464 789 ; filles 439 117)
15-64 ans : 65% (hommes 1 491 720 ; femmes 1 451 450)
65 ans et plus : 15% (hommes 281 551 ; femmes 396 489) (est. 2002) | Croissance de la population : | 0.47% (est. 2002) | Natalité : | 12.39 naissances / 1 000 habitants (est. 2002) | Mortalité : | 9.78 décès / 1 000 habitants (est. 2002) | Migration nette : | 2.1 immigrant(s) / 1 000 habitants (est. 2002) | Répartition par sexe : | à la naissance : 1.07 garçon(s)/fille moins de 15 ans : 1.06 garçon(s)/fille
15-64 ans : 1.03 homme(s)/femme
65 ans et plus : 0.71 homme(s)/femme population totale : 0.98 homme(s)/femme (est. 2002) | Mortalité infantile : | 3.9 décès / 1 000 naissances normales (est. 2002) | Espérance de vie à la naissance : | population totale : 78.94 ans femmes : 82.07 ans (est. 2002) hommes : 76.01 ans | Fertilité : | 1.8 naissance(s)/femme (est. 2002) | Nationalité : | nom : Norvégien(ne) adjectif : Norvégien |
5). Religions et coutumes

Groupes ethniques : | Norvégien, Sami 20 000 | Religions : | Evangéliques Luthériens 86% (église d'état), autres Protestants et Catholiques 3%, autres 1%, aucune et inconnu 10% (1997) |

6). Langue(s) officielle(s) et langue des affaires

Langues : | Norvégien (officielle) | | Anglais (langue des affaires) |

7). Contexte politique et institutionnel
Sources : Ubifrance et les missions économique, http://www.studentsoftheworld.info/infopays/wfb_fr.php3?CODEPAYS=NOR, http://www.lemoci.com/Norvege/14-Fiscalite-Comptabilite.htm A). Type de régime

La Norvège est une monarchie constitutionnelle ; le Roi Harald V règne depuis 1991 mais n’exerce pas de pouvoir politique. Il nomme le Premier ministre, les Ministres et Secrétaires d'Etat. Le Premier ministre actuel est Jens STOLTENBERG (parti travailliste) dont le mandat a durée de 4 ans.
Le Parlement (Storting) est monocaméral et ne peut être dissout. Le gouvernement est responsable devant le Storting.
Les lois votées par le Storting peuvent être promulguées sur proposition soit du gouvernement, soit du Parlement.
La Norvège compte 19 comtés (Fylker) et 434 communes. L’Etat a accordé aux collectivités locales une autonomie de gestion, mais reste représenté au niveau des comtés par un préfet (Fylkes Mann) et des municipalités par un contrôleur (Rådmann).
Les communes sont les entités les plus importantes de l’administration décentralisée. Elles ont la responsabilité de l’enseignement primaire et du premier degré de l’enseignement secondaire, des services sociaux, des routes communales, du réseau de distribution d’eau et d’assainissement et des règles d’urbanisme.
Les comtés et les communes sont dirigés par des conseils dont les membres sont élus tous les quatre ans. Ces conseils sont présidés par un comité exécutif constitué de membres choisis parmi toutes les formations politiques représentées, et par le maire.

B). Date des dernières et prochaines élections

Les dernières élections législatives du 14 septembre 2009 ont donné 35,4% des suffrages au parti travailliste qui a reconduit un gouvernement de coalition avec le parti socialiste de gauche et le parti du Centre. Le scrutin est proportionnel dans le cadre du département. Le Storting compte actuellement 169 députés. Les départements les moins peuplés y sont surreprésentés.
Les prochaines élections auront lieu en septembre 2013 (tous les 4 ans).

C). Accords politiques, juridiques et multilatéraux

Son attachement au multilatéralisme a conduit la Norvège à adhérer à de nombreux organismes internationaux, dont elle compte parmi les membres fondateurs : ONU, OCDE, BIRD, FMI et OMC.
Sa position géostratégique aux confins de l’Europe et au contact de la Russie d’une part, son atlantisme sans faille d’autre part, lui confèrent un rôle important au sein de l’OSCE, dont elle a assuré avec efficacité la présidence en
1999.
Depuis son adhésion à l’Otan en 1949, la Norvège entretient des rapports étroits avec les Etats-Unis.
Elle mène par ailleurs une politique très active à l’égard des pays en voie de développement tant par l’action bilatérale que par son engagement dans les organisations onusiennes. Elle consacre plus de 1% de son PIB à l’Aide Publique au
Développement.
Ses relations avec l’Union européenne sont basées sur son adhésion à l’Espace Economique Européen. Entré en vigueur en 1994, le traité permet à la Norvège de participer au marché unique sous ses 4 composantes de liberté de circulation des marchandises, des services, des capitaux et des hommes et enfin de participer sur la base du volontariat à de nombreuses politiques de l’Union européenne. Ont été exclus de l’accord les secteurs de l’agriculture et de la pêche.
La Norvège est également membre à part entière de l’Espace SCHENGEN. Mais jusqu’à présent, elle a refusé à deux reprises par la voie de référendums en 1972 et 1994 d’adhérer à l’Union Européenne.

D). Politique fiscale du pays

La politique fiscale se traduit par un niveau de prélèvement un peu inférieur à celui de la France, mais la part importante de prélèvement sur les produits pétroliers (78%) font que, pour les particuliers et les entreprises hors pétrole, le niveau de prélèvement est plus faible. Le taux de TVA est de 25% en dehors des produits de première nécessité. Un impôt sur la fortune existe également. L’impôt sur les sociétés et le taux moyen d’impôt sur les revenus des particuliers est de 28%. Des taux progressifs s’appliquent pour les revenus plus élevés des particuliers.

E). Imposition des personnes physiques

Le taux standard Taux général combiné d'impôt municipal et national sur le revenu net des personnes physique | 28% | Un taux réduit s'applique dans les comtés de Finnmark et de Nord-Troms. | 24.5% | Un impôt supplémentaire est prélevé sur le revenu brut des particuliers. | Taux progressif de 0% à 12% | De 0 à 441.000 NOK | 0% | De 441.001 à 716.600 NOK | 9% | Plus de 716.600 NOK | 12% |

Tout résident sur le territoire norvégien est soumis à l’impôt. Un salarié français exerçant une activité en Norvège sera donc par principe imposable dans ce pays, sauf si son séjour en Norvège n’excède pas une durée totale de 183 jours au cours de l’année fiscale ; si sa rémunération est payée par un employeur français ou s’il n’exerce pas son activité pour le compte d’un établissement stable ou d’une installation permanente de l’employeur situé en Norvège.
L’imposition sur le revenu est guidée par deux principes :

- le principe de territorialité (toute activité et toute propriété sur le territoire norvégien, y compris les activités d’exploration et d’exploitation pétrolières et gazières, sont assujetties à l’impôt) ;

- le principe de l’imposition globale (tout contribuable est imposé sur son revenu global).
Le contribuable est soumis à un impôt sur le revenu et une contribution sociale de 7,8%. Au-delà d’un premier plancher, il doit payer une surtaxe de 9 % entre son revenu et ce plancher. Au-delà d’un second, il doit payer une surtaxe de 12% selon le même processus. L’impôt sur le revenu des salariés est prélevé à la source par l’employeur et reversé par ce dernier au fisc.

F). Imposition des sociétés

Le taux standard Impôt sur le revenu des entreprises nationales | 28 % | Impôt sur le revenu dérivés de l'extraction et du traitement de ressources pétrolifères et de transport par pipeline pour les sociétés qui opèrent sur la plate-forme continentale norvégienne. | 50% |
Les sociétés immatriculées au registre du commerce sont assujetties à l’impôt sur les sociétés, à la cotisation patronale de sécurité sociale et à la TVA.
Les sociétés de personnes ne sont pas imposables. Toutefois, chaque associé pris individuellement doit s’acquitter de l’impôt sur le revenu.
La taxe sur la valeur ajoutée s’élève à 25%, exception faite des produits alimentaires (14%) et du transport de passagers (8%).

G). Quelques indicateurs :

Nom du pays : | forme conventionnelle longue : Royaume de Norvège forme conventionnelle courte : Norvège forme locale courte : Norge forme locale longue : Kongeriket Norge | Type de gouvernement : | monarchie constitutionnelle | Capitale : | Oslo | Divisions administratives : | 19 provinces (fylker, singulier - fylke) ; Akershus, Aust-Adger, Buskerud, Finnmark, Hedmark, Hordaland, More og Romsdal, Nordland, Nord-Trøndelag, Oppland, Oslo, Østfold, Rogaland, Sogn og Fjordane, Sør-Trøndelag, Telemark, Troms, Vest-Agder, Vestfold | Dépendances : | Ile Bouvet, Jan Mayen, Svalbard | Indépendance : | le 7 Juin 1905, la Norvège a déclaré la dissolution de son union avec la Suède ; le 26 Octobre 1905, la Suède a donné son accord pour l'annulation de cette union | Fête nationale : | Fête de la Constitution, 17 Mai (1814) ; note- le 14 Janvier 1814, le Danemark a cédé la Norvège à la Suède ; les Norvégiens ont adopté une nouvelle constitution 4 mois plus tard ; le 14 Août 1814, la Norvège a été proclamée indépendante mais unie avec la Suède ; le 7 Juin 1905, la Norvège a déclaré la dissolution de son union avec la Suède | Système légal : | mélange de droit coutumier, système de loi civile et lois coutumières traditionnelles ; la Cour Suprême rend son avis consultatif au corps législatif en cas de besoin ; accepte la juridiction obligatoire de la CIJ (Cour Internationale de Justice), avec réserves | Suffrage : | 18 ans ; universel | Organe exécutif : | chef d'état : Roi HARALD V (depuis le 17 Janvier 1991) ; Héritier probable Prince héritier HAAKON MAGNUS, fils du monarque (né le 20 Juillet 1973) chef du gouvernement : Premier Ministre Kjell Magne BONDEVIK (depuis le 19 Octobre 2001) cabinet : Conseil d'Etat fixé par le monarque avec l'approbation du Parlement élections : aucune ; la monarchie est héréditaire ; après les élections parlementaires, le dirigeant du plus grand parti ou de la coalition majoritaire est habituellement nommé premier ministre par le monarque avec l'approbation du Parlement | Organe législatif : | Parlement monocaméral modifié ou Storting (165 sièges ; les membres sont élus par le vote populaire par représentation proportionnelle pour des mandats de 4 ans) élections : dernière date le 10 Septembre 2001 (prochaine date : Septembre 2005) note : dans certain cas, le Parlement se divise en 2 chambres et élit un quart de ses membres dans une chambre haute ou Lagting résultat des élections : pourcentage des votes par parti - Parti Travailliste 24.3%, Parti Conservatif 21.2%, Parti du Progrès 14.6%, Parti Socialiste Gauche 12.5%, Parti du Peuple Chrétien 12.4%, Parti Centre 5.6%, Parti Libéral 3.9%, Parti Côtier 1.7%, autres 3.8% ; sièges par parti - Parti Travailliste 43, Parti Conservatif 38, Parti du Progrès 26, Parti Socialiste Gauche 23, Parti du Peuple Chrétien 22, Parti Centre 10, Parti Libéral 2, Parti Côtier 1 | Organe judiciaire : | Cour Suprême ou Hoyesterett (juges nommés par le monarque) | Partis politiques et dirigeants : | Parti Centre [Odd Roger ENOKSEN]; Parti du Peuple Chrétien [Valgerd Svarstad HAUGLAND]; Parti Côtier [Steinar BASTESEN]; Parti Conservatif [Jan PETERSEN]; Parti Travailliste [Thor Bjorn JAGLAND]; Parti Libéral [Lars SPONHEIM]; Parti du Progrès [Carl I. HAGEN]; Parti Socialiste Gauche [Kristin HALVORSEN] | Adhésion aux organisations internationales : | AfDB, AsDB, Groupe Australie, BIS, CBSS, CCC, CE, CERN, EAPC, BERD, ECE, EFTA, ASE, FAO, IADB, AIEA, BIRD, OACI, CCI, ICFTU, ICRM, AID, IEA, FIDA, SFI, IFRCS, IHO, OIT, FMI, IMO, Interpol, CIO, IOM, ISO, UIT, NAM (invité), OTAN, NC, NEA, NIB, NSG, OEA (observateur), OCDE, OPCW, OSCE, PCA, ONU, Conseil de Sécurité des Nations Unies (temporairement), CNUCED, UNESCO, HCR, ONUDI, UNMEE, UNMIBH, UNMIK, UNMOP, UNTAET, UNTSO, UPU, UEO (membre), OMS, WIPO, WMO, WTrO, ZC | Description du drapeau : | rouge avec une croix bleue surlignée en blanc qui s'étend jusqu'aux bordures du drapeau ; la partie verticale de la croix est décalée vers le côté mât dans le style du Dannebrog (drapeau Danois) |

8). Situation économique et financière, tendances de la consommation
Sources : https://superbpaper.com/?cid=3009/0,3746,fr_2649_34573_45276814_1_1_1_1,00.html http://www.francemondexpress.fr/IMG/pdf/04_dossier_norvege.pdf Ubifrance et les missions économiques
Extrait de l'Encyclopédie Norvégienne publiée aux éditions Aschehoug et
Gyldendal

PRESENTATION ECONOMIQUE DU PAYS

La Norvège est un pays hautement développé, à l'industrie performante et à l'économie ouverte, tournée vers l'exportation. Si le pays se classe parmi les plus riches au monde, il s'enorgueillit également des scores atteints pour ce qui est du niveau de vie de ses habitants, de leur espérance de vie, de la santé publique et de la qualité du logement.
Le haut niveau de prospérité matérielle du pays est dû, pour une part, à l'abondance des ressources naturelles, et pour l'autre, au fait que la Norvège participe aux échanges industriels de l'Europe occidentale. La Norvège a activement mis en œuvre les mesures de restructuration nécessaires à sa croissance économique. L'importance des investissements destinés aux équipements de production ont également contribué à favoriser la croissance.
La Norvège n'est pas membre de l'Union européenne (UE), mais elle est partie prenante dans le marché unique européen en tant que signataire de l'accord sur l'Espace Economique Européen (EEE), qui réunit les Etats membres de l'UE et ceux de l'Association Européenne de Libre-Echange (AELE).

A). Une économie riche et très dynamique…

Le taux de croissance du PIB en 2008 a été de 2% ; le PIB/hab. de la Norvège demeure, quant à lui, le 2ème au monde pour un pays de plus de 1 millions d’habitants (65 220€). Le taux de chômage fin
2008 était d’environ 2,8%.
La Norvège, qui est le 3ème exportateur de pétrole au monde, a vu ses investissements pétroliers augmenter depuis 2004. La flambée des cours du pétrole a considérablement augmenté les revenus de l’Etat norvégien et le montant du fonds pétrolier.
La Norvège a connu une phase de croissance économique très forte ces dernières années. Jusqu’en 2007, la hausse de la consommation privée a été soutenue par les faibles taux d’intérêt réels et les salaires réels importants. Les investissements non-pétroliers, surtout dans les secteurs exposés, sont restés faibles car beaucoup de projets à long terme ont récemment abouti. Le gaz et le pétrole, en revanche, attirent depuis 2005 des investissements offshores et onshore, grâce notamment au projet de Snohvit (Gaz Naturel Liquide). Le total des investissements fixes s’est donc accéléré depuis 2004, avec une augmentation moyenne de 15% par an.
Les exportations se sont accrues depuis 2005 (+5,7%) avec les effets décalés de la dépréciation de la Couronne norvégienne, qui ont rendu les produits norvégiens plus compétitifs. En 2006 et 2007, la croissance des exportations s’est située autour de 3%, et la balance extérieure est aujourd’hui largement positive, grâce principalement aux exportations d’hydrocarbures. . La crainte d’une inflation supérieure à 2,5% due à la forte consommation des ménages, à la hausse des prix de l’immobilier et à celle de l’endettement des ménages a conduit la Banque de Norvège à remonter son taux directeur à deux reprises, au quatrième trimestre 2009 et en mai 2010 entraînant une forte hausse de la couronne norvégienne. Pour 2011, l’hypothèse de base du gouvernement est que le prix du baril reste constant en valeur courante à 80 USD et que l’inflation reste contenue à 1,9%. La consommation privée augmentera de 3,5%, suite à la modération des charges de dette des ménages liée à un taux directeur encore faible (2%) de la Banque Centrale. Les investissements seront tirés vers le haut par le secteur des hydrocarbures en croissance de 6% en 2011. Avec une croissance de 1,8% des exportations et de 5,6% des importations, tirées par une couronne surévaluée, le PIB devrait croître de 2,1%, soit un niveau comparable à celui qui prévalait avant la crise. Le PIB « continental », i.e. hors pétrole et secteurs pétroliers, doit lui croître de 3,1%. Le chômage doit rester faible à 3,6%.
B). … qui résiste à la crise et offre de nombreux débouchés

La Norvège n’échappe bien sûr par aux effets de la crise économique et connaît un ralentissement de son activité. Toutefois, le pays semble mieux résister que les autres nations européennes, de par sa situation privilégiée et ses années de fortes croissances. En effet, la Norvège est un des rares pays, a n’avoir aucune dette. Son gouvernement peut également compter sur de larges marges budgétaires – au besoin en puisant plus qu’à l’accoutumée dans le fonds souverain – pour financer ses plans de soutien et de relance. D’autre part, l’économie du pays est moins affectée qu’ailleurs car le système financier ne compte que pour 1% du PIB du pays et les structures financières des entreprises sont saines, dopées par des années fastes.

C). Politique économique du pays

Le gouvernement a institué en 2002 une règle budgétaire selon laquelle seuls 4% de la valeur du fonds de pension global peuvent être utilisés pour compenser le déficit structurel du budget de l’Etat, y compris sécurité sociale et budgets de collectivités locales. Cette valeur correspond au retour attendu à long terme du placement à l’étranger des actifs du fonds. Cette règle vise à éviter la surchauffe artificielle de l’économie norvégienne par l’activité pétrolière et préserver les intérêts des générations futures. Le prélèvement a été inférieur à cette valeur dans les années fastes 2006-2008. Pour relancer l’économie durant la crise, le prélèvement est monté jusqu’à 6,7% en 2009. Le retour à la valeur de 4% est attendu en 2012, suite à la bonne reprise de l’économie et à la croissance importante de la valeur du fonds ces deux dernières années, résultat d’une stratégie de placement heureuse.
L’objectif opérationnel de la politique monétaire conduite par la Banque Centrale est une inflation contenue en deçà de 2,5%. Cet objectif est actuellement rempli, et ce, alors même que l’économie norvégienne est en pleine expansion et probablement en situation de surchauffe due à l’endettement des ménages. Les facteurs inflationnistes tels que l’augmentation des salaires due à la pénurie de main-d’œuvre semblent compensés en partie par la croissance de la productivité, l’impact des importations en provenance de pays à bas coûts et un taux de change de la couronne élevé.
Depuis 2001, la politique budgétaire repose sur une règle centrale : le financement du déficit budgétaire structurel (hors fiscalité pétrolière) se fait grâce aux revenus dégagés du fonds pétrolier dans la limite de 4% de ces actifs (correspond au rendement financier exigible de ce fonds).

D). Les dernières tendances

La sortie de crise réussie, grâce à des mesures gouvernementales énergiques et surtout la reprise du cours élevé du pétrole, a conduit à une exécution budgétaire 2010 meilleure que prévue du point de vue des rentrées fiscales et une dépense publique plus faible. Le déficit structurel hors pétrole, comblé par un prélèvement sur le fonds pétrolier, et non pas par endettement, s’élève à 6,4% du PIB hors pétrole, alors qu’il était prévu à 7,1%. Les mesures structurelles importantes envisagées en matière sociale (retraite, indemnités de maladie et d’invalidité) n’ont conduit qu’à des décisions consensuelles très adoucies, le chômage étant resté par ailleurs très modéré (3,5%).
Selon les prévisions de la loi de finances 2011, l’inflation restera contenue à 1,9% et la consommation privée augmentera de 3,5%; par ailleurs la dépense publique n’augmentera de 2,1%, en décélération forte par rapport à 2009
(+4,7%) et 2010 (+2,7%). Les investissements augmenteront de 4,6%, essentiellement tirée par les investissements pétroliers, en croissance de 6% en 2011. Avec une croissance de 1,8% des exportations et de 5,6% des importations, tirées par une couronne surévaluée, le PIB est supposé croître de 2,1%, reprenant le chemin des croissances élevées d’avant la crise. Le PIB « continental », i.e. hors pétrole et secteurs pétroliers, doit lui croître de 3,1%. Le chômage doit rester faible à 3,6% et la balance des comptes courants représentera 15,3% du PIB.

E). La consommation

9). Secteurs porteurs
Sources : ME UBIFRANCE OSLO

Répartition de l'activité économique par secteur | Agriculture | Industrie | Services | Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) | -5,1 | -2,5 | -0,6 | Valeur ajoutée (en % du PIB) | 1,2 | 40,1 | 58,7 | Emploi par secteur (en % de l'emploi total) | 2,8 | 21,1 | 76,0 | Source : Banque Mondiale - dernières données disponibles

A). L'économie de la Norvège repose essentiellement sur l'exploitation de ses ressources naturelles et énergétiques (Pétrole, gaz, énergie hydraulique, forêts et minéraux). La production pétrolière domine l'économie, elle compte pour près d'un quart du PNB. La Norvège est aussi un producteur et un exportateur majeur de gaz naturel. Il existe un consensus au sein de la classe politique pour économiser les revenus du pétrole et du gaz pour les générations futures, si bien que la Norvège possède l'un des plus grands fonds souverain du monde. La construction navale, les métaux, la pulpe et le papier, les industries chimiques, la machinerie et les équipements électriques sont les principales industries de fabrication de la Norvège. La Norvège possède l'une des flottes les plus grandes et les plus modernes du monde.
Le secteur des services est très développé et il représente plus des trois quarts du PNB.

B). Autres secteurs :

LE E-COMMERCE

* Accès à un plus grand panel de clients potentiels et pénétration de nouveaux marchés * Plus grande disponibilité des produits et services à moindre coût * Réduction des coûts physiques ainsi que de leurs intermédiaires

L’e-commerce représente une réelle opportunité de développement pour les entreprises, notamment sur le marché norvégien

Alors qu’en 2005, le secteur du E-commerce représentait 8% du chiffre d’affaires des entreprises norvégiennes contre 22% en 2008m on estime que ces chiffres augmenteront de 21% entre 2010 et 2011.
Le secteur est en pleine expansion dans le pays : 9 personnes sur 10 ont acheté en ligne au cours des 12 derniers mois et la moitié de la population déclare acheter plus en ligne qu’en boutique. La pénétration d’Internet en Norvège fait partie des plus élevées d’Europe avec plus de 90% d’utilisateurs d’Internet parmi la population totale. 92% de ces utilisateurs ont acheté en ligne dans les six derniers mois et 39% de ces e-consommateurs ont acheté leurs produits sur des sites étrangers.
Bien que la Norvège ne soit pas membre de l’Union européenne, son secteur de télécommunication est synchronisé avec la législation européenne correspondante, permettant au citoyen et aux fournisseurs norvégiens, tout comme dans l’Union européenne de profiter des opportunités offertes par le commerce électronique.

INFRASTRUCTURES ET TRANSPORT

Le plan national des transports 2010-2019 publié en début d’année 2009 est très ambitieux. Il prévoit un investissement public de près de 40 milliards d’euros, soit 45% de plus que le précédent plan des transports. Sur ce budget, 18 milliards sont destinés aux routes, 11 milliards au ferroviaire

L’ENVIRONNEMENT

Malgré ses importantes ressources en hydrocarbures et en hydroélectricité, la Norvège est active dans la prise de mesures visant la protection de l’environnement. Le Gouvernement norvégien a renouvelé son engagement en établissant 3 cibles ambitieuses concernant le contrôle des gaz à effets de serre : * diminuer, d’ici à 2012, les émissions de CO2 de 10% par rapport aux engagements norvégiens consentis dans le cadre du protocole de Kyoto; * diminuer, d’ici à 2020, les émissions de CO2 de 30% par rapport aux émissions de 1990; * devenir carboniquement neutre en 2030, soit 20 ans plus tôt que ce qui avait été prévu précédemment.

Une nouvelle réglementation technique est entrée en vigueur le
1er juillet 2010 en Norvège: tous les bâtiments de plus de 500 mètres carrés doivent couvrir au moins 60 % de leurs besoins énergétiques par des sources renouvelables. Cette nouvelle réglementation signifie en pratique que les bâtiments qui ne sont pas déjà alimentés par le réseau de chauffage existant auront le choix désormais entre des pompes à chaleur et les bioénergies.
Il existe de réelles opportunités pour les entreprises françaises dans les domaines de la capture et stockage de CO2, le traitement des déchets, l’écoconstruction, les technologies favorisant les économies d’énergie et le développement des énergies renouvelables (éolien, solaire, marémotrice,…).

L’AGROALIMENTAIRE

Les usages alimentaires des Norvégiens sont en mutation. Si certains produits traditionnels sont encore très consommés car ancrés dans les habitudes, les voyages, les populations étrangères résidant dans le pays, les voyages et la nouvelle tendance à « consommer vert » sont en train de révolutionner le secteur agroalimentaire.
On distingue aujourd’hui 4 grandes tendances : aliments biologiques (l'objectif du gouvernement norvégien est d’amener la consommation des aliments biologiques à 15% de la consommation totale d'ici 2015), produits locaux ou « du terroir », la nourriture « saine » comme les fruits et légumes, et les produits de la mer, particulièrement le poisson.
Habitué à des produits industriels issus d’un petit nombre de grands groupes norvégiens, le consommateur se met désormais à la recherche de diversité et de qualité. Il se tourne de plus en plus vers les produits « du terroir », tant norvégiens qu’étrangers.
L’épicerie fine est en croissance

C). Les autres marchés porteurs

Les autres marchés porteurs sont : les biens de consommation de qualité et les TIC.
L'agriculture contribue pour près de 2% au PNB. La pêche est une activité importante, la Norvège est l'un des plus gros exportateurs de poisson au monde. Les subventions gouvernementales pour l'agriculture sont très importantes.

10). Dynamique du risque pays et environnement des affaires
Sources : http://www.coface.fr/CofacePortal/FR_fr_FR/pages/home/os/risks_home/risques_pays/fiche/Norv%C3%A8ge?extraUid=571904

A). Note pays : A1 Note environnement des affaires : A1

Points forts

Stabilité macroéconomique
Les revenus du pétrole alimentent un fonds de retraite afin d’éviter la surchauffe de l’économie
Solidité des finances publiques
Excédent de la balance courante très élevé
Points faibles

Tendance à la baisse graduelle de la production de pétrole
Budget structurel hors pétrole et gaz déficitaire
Faiblesse de l’investissement en R&D
Compétitivité érodée par des salaires élevés

B). Appréciation du risque a). Une croissance modeste en 2010

Après une récession en 2009 moins sévère que dans les autres économies européennes, la Norvège a affiché une croissance modérée l'an dernier, handicapée par la mollesse de la phase de restockage dans l'industrie et les conditions climatiques très difficiles du début de l'année. Les ménages ont puisé dans leur épargne, ce qui a fait repartir la consommation, en dépit du net ralentissement des salaires réels. L'investissement résidentiel a continué de se contracter mais plus modérément (-3,2% après -18,7). b). La demande privée prendra le relai de la demande publique en 2011

Plusieurs facteurs permettront de soutenir les dépenses privées cette année et de compenser le ralentissement des effets des mesures de soutien à l'économie. Le niveau faible du taux de chômage (3,9%), la croissance plus soutenue des salaires, un taux d'inflation assagi, des taux d'intérêt encore favorables et la progression significative de la richesse patrimoniale contribueront à pousser à la hausse le revenu disponible réel des ménages. Le taux d'épargne continuera de croître mais raisonnablement pour retrouver son niveau de 2009, autour de 7% du revenu disponible. Le risque principal pour l'économie norvégienne est celui d'un emballement du crédit hypothécaire, alors que le taux d'endettement des ménages (près de 200% du RD) et les prix des logements ont continué de progresser pendant la crise. Les conditions d'attribution des crédits immobiliers devraient donc se resserrer et l'incitation fiscale liée au secteur s'atténuer graduellement. L'investissement des entreprises retrouvera un territoire positif grâce au dynamisme du secteur pétrolier offshore et de la distribution électrique, alors que celui des industries manufacturières ne redémarrera pas franchement, malgré une reprise de la production. En dépit de la meilleure orientation des ventes à l'étranger des produits manufacturiers, ce sont toujours les secteurs pétrolier et gazier qui soutiendront les exportations (65% de l'ensemble). Néanmoins la progression de ces dernières sera limitée par le taux de change défavorable de la couronne norvégienne, pour les produits manufacturiers vis-à-vis des principaux clients (zone euro et Royaume-Uni). La monnaie devrait continuer de s'apprécier, en ligne avec le léger resserrement de la politique monétaire que devrait mener la Norges Bank. L'excédent du budget public affichera toujours un niveau très confortable, en légère réduction toutefois en raison de la décélération attendue de la production pétrolière. Hors pétrole, le budget structurel de l'Etat affiche un déficit qui, avec la crise, a grimpé au-delà du pourcentage autorisé par les principes de politique budgétaire. Le niveau de la dette publique reste satisfaisant (47% du PIB). c). Le tissu économique s'est assaini

Les faillites ont considérablement baissé et cette évolution s'est confirmée sur trois mois (-14,2% à septembre 2010). Le bilan des entreprises s'est également amélioré, en ligne avec leur désendettement, la moindre distribution de bénéfices, les apports en capital, la modération de l'investissement et le recul du recours au crédit bancaire. La tendance devrait être encore cette année au désendettement. Le fret maritime et l'immobilier commercial doivent être surveillés, le premier en raison des prix du fret qui restent faibles, le second en raison de la chute des loyers qui a été enregistrée en 2010 et qui a affecté la rentabilité des entreprises. Ces deux secteurs constituent de plus la plus forte exposition des grandes banques norvégiennes dans leur portefeuille. Le secteur des travaux publics devrait, quant à lui, tirer parti du plan de modernisation des infrastructures de transport.

C). PAIEMENT ET RECOUVREMENT

La lettre de change et le chèque ne sont pas communément utilisés dans la mesure où la validité de ces titres doit répondre à un certain formalisme et ils ne sont donc pas à conseiller ; de plus, les chèques ne sont pas régulièrement acceptés par les créanciers comme moyen de paiement.
En fait, la lettre de change et le chèque permettent surtout de matérialiser l'existence de la créance.

En revanche, le billet à ordre (gjeldsbrev) est davantage fréquent dans les transactions commerciales ; il présente un avantage réel lorsqu'il est assorti d'un libellé par lequel le souscripteur reconnaît sans équivoque la somme due et que celle-ci peut faire l'objet d'une exécution judiciaire, car, en cas d'impayé ultérieur, le bénéficiaire est en mesure de s'adresser directement au tribunal de l'exécution (Namsrett).
Le virement bancaire est le système le plus courant, les grandes banques norvégiennes étant désormais reliées au réseau électronique SWIFT qui permet, à moindre coût, souplesse et rapidité de traitement des paiements internationaux.
L'appel à la pratique des comptes centralisateurs qui constitue un système centralisé d'encaissement local et une gestion simplifiée de rapatriement des fonds, est aussi un procédé assez usité.

Enfin, l'ordonnancement du paiement, via le site Internet de la banque du client, devient de plus en plus habituel.
Le recouvrement débute par une mise en demeure adressée au débiteur l'invitant à régler, sous 14 jours, le montant principal, majoré des intérêts de retard prévus contractuellement.

A défaut de clause précise sur ce point, les intérêts courent 30 jours après l'envoi d'une réclamation de règlement par le créancier et sont fonction, depuis le 1er janvier 2004, du taux directeur fixé par la Banque centrale de Norvège (Norges Bank), en vigueur au 1er janvier et au 1er juillet de l'année en question et majoré de 7 points de pourcentage.

Si aucun règlement n'a été effectué, ni aucun accord établi, le créancier aura recours à un Organisme Conciliateur (Forliksrådet) - sorte d'institution administrative, sise dans chaque municipalité, composée de juges non professionnels, élus pour une durée de 4 ans, siégeant collégialement à 3 membres - pour obtenir plus rapidement et à moindre coût une décision.
Le demandeur déposera, pour ce faire, un dossier accompagné des justificatifs de sa créance, libellée régulièrement en couronnes norvégiennes
(NOK).
Le défendeur sera invité à répondre dans un court délai à la réclamation formée avant que les parties se présentent elles-mêmes pour y être entendues ou qu'elles choisissent de s'y faire représenter par un mandataire expresse (stevnevitne), mais sans recourir systématiquement, à ce stade des débats, à un avocat. L'accord ainsi obtenu devient exécutoire au même titre qu'un jugement.

D). MOYENS DE PAIEMENT

TECHNIQUES DE RECOUVREMENT

Si aucune transaction n'a pu être mise sur pied, l'affaire sera transmise au tribunal de première instance pour y être instruite, mais lorsque la plainte se trouve être justifiée, cet Organisme Conciliateur est en mesure de rendre lui-même une décision ayant valeur de jugement.

Il en ira de même si le défendeur ne répond pas dans le délai prescrit ou s'il ne se présente pas lors de l'audition de l'affaire, une décision par défaut sera alors rendue ayant aussi valeur de jugement.

Un grand nombre de litiges, la plupart relatifs à des créances civiles ou commerciales, sont traités par recours à cet Organisme.
La réforme de la procédure civile de juin 2005 (en vigueur depuis le 1er janvier 2008) vise à présenter une justice plus efficace et plus rapide et incite fortement les parties à transiger à l'amiable avant de porter l'affaire devant le tribunal ou encore de soumettre le différend à l'Organisme Conciliateur.
Pour les cas plus complexes ou contestés, l'action judiciaire sera portée devant le tribunal de première instance (Byrett) où la procédure est pour partie écrite et pour partie orale, lors de l'audience principale, au cours de laquelle seront examinées les preuves patentes et seront entendus les témoins respectifs des parties, avant que le jugement ne soit rendu.

Il n'existe pas de tribunaux de commerce, mais dans la majorité des grandes villes et à Oslo en particulier, le tribunal des Partages et Tutelles
(Skifterett) est compétent pour traiter des cessions de capital, des successions patrimoniales et également des procédures collectives.
Enfin, le recours à l'arbitrage (voldgift) est davantage utilisé pour les litiges commerciaux à caractère international.

III). PRÉSENCE FRANÇAISE, COMMERCE ET INVESTISSEMENT

1). Le commerce extérieur du pays d’étude
Source : Ubifrance et les missions économiques

Les chiffres du commerce international :

Indicateurs du commerce extérieur | 2010 | Importations de biens (millions USD) | 76.902 | Exportations de biens (millions USD) | 131.683 | Importations de services (millions USD) | 40.639 | Exportations de services (millions USD) | 40.191 | Importations de biens et services(croissance annuelle en %) | - | Exportations des biens et services(croissance annuelle en %) | - | Importations de biens et services(en % du PIB) | - | Exportations des biens et services(en % du PIB) | - | Balance commerciale (hors services) (millions USD) | - | Balance des transactions courantes (millions USD) | - | Commerce extérieur (en % du PIB) | - |
Source : OMC - Organisation Mondiale du Commerce ; Banque Mondiale

-------------------------------------------------
Principaux pays partenaires Principaux clients
(% des exportations) | 2010 | Royaume Uni | 26,7% | Pays-Bas | 12,1% | Allemagne | 11,4% | Suède | 7,0% | France | 6,6% | Voir plus de pays | 36,2% |

Principaux fournisseurs
(% des importations) | 2010 | Suède | 14,1% | Allemagne | 12,4% | Chine | 8,5% | Danemark | 6,3% | Royaume Uni | 5,9% | Voir plus de pays | 52,9% |
Source : Comtrade

-------------------------------------------------
Principaux produits échangés Principaux produits exportés
(% des exportations) | 2010 | Huiles brutes de pétrole ou de minéraux bitumineux | 36,3% | Gaz de pétrole et autres hydrocarbures gazeux | 23,4% | Huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux ... | 4,0% | Poissons, comestibles, frais ou réfrigérés (à... | 3,3% | Aluminium sous forme brute | 2,7% | Voir plus de produits | 30,3% | | |

Principaux produits importés
(% des importations) | 2010 | Voitures de tourisme et autres véhicules... | 5,6% | Paquebots, bateaux de croisières, transbordeurs,... | 3,7% | Huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux ... | 3,4% | Mattes de nickel, sinters d'oxydes de nickel et... | 2,9% | Machines automatiques de traitement de... | 2,0% | Voir plus de produits | 82,4% |
Source : Comtrade

A). Etat des lieux du commerce extérieur

Après une année 2009 marquée, bien que dans une moindre mesure que d’autres, par la crise financière internationale, le commerce extérieur norvégien affiche un bon début d’année 2010 : balance commerciale positive de 168 Mds de couronnes (environ 21 Mds EUR) sur les 6 premiers mois de 2010. 6ème exportateur mondial de pétrole et 3ème exportateur mondial de gaz naturel, la Norvège a, malgré une baisse des volumes exportés en 2009, su tirer parti d’une hausse du prix du baril. La tendance semble cependant ralentir au début du second semestre 2010 suite à une diminution des volumes d’hydrocarbures exportés. En août 2010, la valeur mensuelle de la balance commerciale atteint ainsi 20,7Mds NOK (soit 10,4% de moins qu’en août 2009 et moins 27% par rapport à juillet 2010). Elle n’a jamais été aussi basse depuis juin 2005. Hors hydrocarbures, la balance commerciale accuse un déficit de 52,4 Mds
NOK.

Les exportations de produits chimiques, parfums et cosmétiques vers la Norvège ont augmenté de 14,3 % pour atteindre 61 M EUR au 1er semestre 2010 et représentent aujourd’hui 7,7% des exportations totales vers la Norvège.
De même, la valeur des exportations de produits métallurgiques et métalliques augmente de 50% et atteint 93,5 M EUR au 1er semestre 2010. Ces produits représentent 11,7 % des exportations françaises vers la Norvège. La valeur des exportations d’équipements mécaniques, de matériel électrique, d’électronique et d’informatique atteint 179 M
EUR au 1er semestre 2010 contre 192 M EUR à la même période en 2009, soit une diminution de 6,8%. Enfin, les exportations de produits des industries agroalimentaires augmentent de 7,3% par rapport au 1er semestre 2009 et s’élèvent au 1er semestre 2010 à 60 M EUR.

2). La structure des échanges entre la France et le pays d’étude
Source : Mission économique d’Oslo, Ubifrance et les missions économiques Douanes françaises

A). Les secteurs porteurs et la présence française

B). Les échanges entre la Norvège et la France demeurent déséquilibrés :

En effet, le marché norvégien, malgré sa petite taille, est le 3e déficit commercial français. Ce constat s’explique par les fortes importations françaises d’hydrocarbures norvégiens. En effet, la Norvège est un allié énergétique stratégique et se positionne comme le 1er exportateur de gaz et le second fournisseur de pétrole de la France. Le montant des exportations d’hydrocarbures s’élève en 2008 à 11,7 milliards d’euros et représente 86% des exportations totales vers la France. L’Hexagone est également le premier marché de produits de la mer norvégiens.
En 2008, la France s’est imposée comme le huitième fournisseur de la Norvège, pour une facture totale de 1,7 milliards d’euros. Les secteurs de la chimie, de l’automobile, de la mécanique et des biens électroniques restent les marchés les plus représentés dans le royaume. La France est également très présente sur le secteur des biens manufacturés, des vins et spiritueux et de l’agroalimentaire. Ces deux derniers marchés témoignent d’ailleurs d’une forte croissance en Norvège et représentent donc des débouchés potentiels fortement rémunérateurs pour les entreprises françaises. Face à tant d’opportunités, dans un cadre propice aux affaires, la Norvège est donc un marché idéal à fort potentiel et aux débouchés nombreux pour les PME et entreprises françaises !

C). Légère hausse des échanges bilatéraux France – Norvège au 1er semestre 2010
Solde déficitaire en hausse au 1er semestre

Le commerce de la France avec la Norvège est traditionnellement déficitaire, suite aux fortes importations françaises d’hydrocarbures. Au 1er semestre 2010, le solde de la balance commerciale a atteint un niveau de déficit d’environ
1,88 Mds EUR (contre 1,83 Mds EUR à la même période en 2009). La Norvège représente ainsi notre 6ème déficit bilatéral derrière la Chine, l’Allemagne, la Russie et la Belgique.
Hausse de la valeur des importations en provenance de Norvège.
En baisse en 2009, les importations françaises en provenance de Norvège reprennent en 2010 et atteignent 2,68 Mds EUR au 1er semestre contre 2,48 Mds EUR au 1er semestre 2009, soit une hausse de 8%. La Norvège se place ainsi comme le 14ème fournisseur de la France (contre le 16ème au 1er semestre 2009).
Cette hausse intervient malgré une diminution de la valeur des importations de pétrole, de gaz naturel et de métaux qui atteignent 1,81 Mds EUR au 1er semestre 2010 contre 1,826 Mds EUR au 1er semestre 2009 et représentent près de 67,5% des importations françaises en provenance de Norvège.
Le reste des importations françaises depuis la Norvège est composé principalement de produits pétroliers raffinés et coke (8,6 % des importations et une valeur de 230 M EUR en hausse de près de 50% par rapport au 1er semestre
2009), de produits agricoles, sylvicoles, de la pêche et de l’aquaculture (6,8% des importations et une valeur de 182 M
EUR en hausse de 36,6% par rapport au 1er semestre 2009) et de produits métallurgiques et métalliques (5,9 % des importations et une valeur de 158 M EUR en hausse de 32,8% par rapport au 1er semestre 2019).
Hausse des exportations françaises
Les exportations françaises vers la Norvège reprennent elles aussi et affichent une hausse de 22,9 % par rapport au 1er semestre 2009, passant de 648 M EUR au 1er semestre de l’année passée à 796 M EUR au 1er semestre 2010. La
Norvège se positionne comme le 43ème client de la France au 1er semestre 2010 (contre le 44ème au 1er semestre
2009).
Après une baisse en 2009, les exportations augmentent à nouveau dans tous les secteurs traditionnellement forts. Les exportations de matériels de transport sont en hausse de près de 50% et atteignent 219 M EUR au 1er semestre 2010.

Exportations françaises vers la Norvège
Ventilation des importations de la Norvège en provenance de France

Importations depuis la Norvège
Ventilation des exportations norvégiennes vers la France

D). Convention fiscale franco-norvégienne

La France et la Norvège ont signé, le 19 décembre 1980, une convention en vue d'éviter les doubles impositions, de prévenir l’évasion fiscale et d’établir des règles d’assistance administrative réciproques en matière d’impôts sur le revenu et sur la fortune. Elle a été publiée au Journal Officiel le 25 octobre 1981. Elle ne s’applique pas au Svalbard.
Cette Convention a été successivement modifiée par l'avenant du 14 novembre 1984 publié au Journal Officiel du 27 octobre 1985, par l'avenant du 7 avril 1995 publié au J.O. du 17 octobre 1996, par l'Avenant du 16 septembre 1999 publié au J.O. le 20 février 2003. Le texte de la convention peut être consulté sur le site : http://www.impots.gouv.fr/portal/deploiement/p1/fichedescriptive_1966/fichedescriptive_1966.pdf 3). Les investissements étrangers dans le pays d’étude – la place de la France

A). Les IDE en chiffres

Investissement Direct Etranger | 2007 | 2008 | 2009 | Flux d'IDE entrants (millions USD) | 5.940 | 7.981 | 6.657 | Stocks d'IDE (millions USD) | 125.594,5 | 109.432,3 | 116.089,7 | Indicateur de performance*, rang sur 141 économies | 122 | 110 | 86 | Indicateur de potentiel**, rang sur 141 économies | 10 | 12 | - | Nombre d'investissements Greenfield*** | 25 | 45 | 30 | IDE entrants (en % de la FBCF****) | 6,9 | 8,3 | 11,8 | Stock d'IDE (en % du PIB) | 32,4 | 24,3 | 30,4 |
Source : CNUCED
Note : * L'indicateur de Performance de la CNUCED est basé sur un ratio entre la part du pays dans le total mondial des IDE entrants et sa part dans le PIB mondial. ** L'indicateur de Potentiel de la CNUCED est basé sur 12 indicateurs économiques et structurels tels que le PIB, le commerce extérieur, les IDE, les infrastructures, la consommation d'énergie, la R&D, l'éducation, le risque pays. *** Les investissements Greenfield correspondent à la création de filiales ex-nihilo par la maison mère. **** La formation brute de capital fixe (FBCF) est un indicateur mesurant la somme des investissements, essentiellement matériels, réalisés pendant une année.

B). La place de la France :
Sources : Banque de France

Selon la Banque de France, la Norvège se classe en 2008 au 24ème rang des pays détenteurs d’investissements directs français, juste devant Singapour et derrière le Nigéria. Fin 2008, le stock d’investissements français en Norvège s’élevait à 4,3 Mds EUR, soit 0,4% du total du stock d’investissements français réalisé à l’étranger.

Le stock d’investissements norvégiens en France était de 2,5 Mds EUR en 2008.
C’est dans le secteur des hydrocarbures que la présence française est la plus marquante depuis le milieu des années
1960, tout d’abord avec Elf puis Total Norge qui intervient dans l’exploration/production en mer du Nord, en mer de
Norvège et en mer de Barents.
Gaz de France, devenu GDF Suez, s’est implanté en Norvège en 2001 avec l’ambition de devenir opérateur. Partenaire de TOTAL dans le champ gazier de Snøhvit en mer de Barents, GDF Suez est depuis 2010 opérateur du champ gazier de Gjøa.
Dans le secteur parapétrolier, les entreprises implantées localement (Technip, Bourbon, Fabricom Suez, CGG Veritas;
Geoservices, ERMS) remportent des commandes récurrentes..
Les autres investissements français sont essentiellement le fait de grands groupes, soit dans le secteur financier (BNP
Paribas, Société Générale, Calyon), dans l’industrie manufacturière (Nexans, Saint-Gobain, Eramet), dans les services aux collectivités (Veolia, Sodhexo), les services informatiques (Steria, CapGemini, Devoteam, Progeci). Les PME sont plus rares et sont, à l’occasion, le fait de belles réussites individuelles.

IV). RÉGLEMENTATION DES ÉCHANGES
Sources : Ministère norvégien des Affaires Étrangères (http://www.norvege.be/About_Norway/business/trade/wto/)

La prospérité et la croissance économiques de la Norvège sont dépendantes de conditions d'échange favorables avec les autres pays. C'est pourquoi elle a activement participé à l'élaboration de différentes réglementations internationales en matière de commerce, et elle a fait partie, dès 1947, des 23 États créateurs du GATT (Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce). Ces règles internationales ont été ultérieurement renforcées et étendues, lorsque le GATT, en 1995, est devenu l'OMC (Organisation mondiale du commerce). Aujourd'hui, l'OMC est une organisation qui compte environ 150 États membres, et dans laquelle un certain nombre d'autres pays sollicitent leur admission.

Les règles de l'OMC ont pour vocation de protéger les pays membres contre la discrimination, le protectionnisme et la domination des plus forts dans le domaine du commerce international. Elles ont favorisé la croissance et le développement à l'échelle de la planète. Au cours des 50 dernières années, les tarifs douaniers applicables aux produits industriels ont subi une baisse radicale, et il existe désormais des accords de l'OMC concernant le commerce des produits agricoles, et des services (AGSC) et les aspects commerciaux des droits en matière de propriété intellectuelle, tels que les brevets, marques déposées et droits d'auteur (ADPIC). Le système de règlement des différends permet à l'organisation de se faire respecter et de renforcer les droits établis.

Toutefois, des barrières conséquentes subsistent dans un certain nombre de domaines commerciaux. Lors de la conférence des ministres de l'OMC qui s'est tenue à Doha, en 2001, les pays membres ont décidé d'engager un nouveau cycle de négociations dans le but de faire encore reculer ces barrières. Les participants sont convenus d'attacher une attention toute particulière aux besoins des pays en voie de développement.

Les produits norvégiens, notamment le poisson, continuent à se heurter, sur de nombreux marchés, à des barrières douanières élevées. Notre but à long terme est de parvenir à l'abolition de tous les droits de douane. En ce qui concerne le cycle de négociations en cours, l'objectif particulier de la Norvège est d'obtenir une réduction des droits de douane applicables au poisson et à ses dérivés, et spécialement aux produits transformés.

En 2004, la Norvège a exporté des services pour une valeur de 176 milliards de couronnes, ce qui représente environ 24 % du revenu total de ses exportations. Elle aurait tout particulièrement intérêt à voir s'ouvrir plus largement le marché des transports et services maritimes, des services liés à l'énergie, à l'environnement et aux télécommunications, ainsi que des assurances maritimes. L'accent est mis avant tout sur les services commerciaux, qui apportent un soutien conséquent aux autres activités économiques. Mais dans le même temps, la Norvège est opposée à l'idée de faire pression pour obtenir l'ouverture des marchés dans les secteurs-clefs des services publics, et d'imposer, durant les négociations, des exigences trop lourdes aux pays les moins développés.

Le recours aux mesures de protection et aux droits anti-dumping est un problème croissant qui peut miner les efforts en vue de l'ouverture des marchés. Les produits norvégiens, en particulier le poisson d'élevage, ne cessent d'être affectés par de telles mesures, aussi bien aux États-Unis que dans l'Union Européenne. C'est pourquoi la Norvège lutte au sein de l'OMC pour que l'adoption de mesures à visées protectionnistes soit plus difficile.

La Norvège souhaite conserver un secteur agricole national très fort, afin de préserver la sécurité alimentaire, les modèles démographiques des régions rurales et de garder vivants les paysages culturels. Le niveau élevé des coûts oblige l'État norvégien à maintenir à la fois un certain niveau de protection douanière, et une aide financière à l'agriculture. D'un autre côté, les exportations agricoles ont une grande importance pour de nombreux pays, notamment pour les pays en voie de développement. Les membres de l'OMC se sont engagés à libéraliser le commerce des produits agricoles en abaissant le niveau des tarifs douaniers et en réduisant les systèmes de subventions. Il s'est cependant avéré difficile de parvenir à un accord sur le mode de mise en application de ces principes.

La Norvège est aussi très soucieuse de contribuer à la progression de la prospérité à l'échelle mondiale. Plus des trois quarts des 150 membres de l'OMC sont des pays en voie de développement. Le commerce extérieur est pour eux un moyen capital d'augmentation de leurs recettes, qui peut leur permettre de jeter les bases d'une croissance plus forte. C'est pourquoi la Norvège, dans le cadre de ses activités au sein de l'OMC, a insisté sur la nécessité de tenir compte des besoins propres aux pays en voie de développement.

La Norvège s'est félicitée de l'accord auquel est parvenue la Conférence ministérielle de l'OMC à Hong Kong, en décembre 2005, conférence au cours de laquelle ont été prises plusieurs décisions importantes pour les pays en voie de développement (et particulièrement pour les moins développés), et des plans ont été préparés, en vue de la conclusion des négocations de Doha vers la fin de l'année 2006. La Norvège s'efforcera, par une contribution constructive, de faire en sorte que ces négociations de Doha aboutissent à un résultat équilibré, qui sauvegarde les intérêts de tous les pays membres.

V). INFORMATIONS PRATIQUES ET CARNET D’ADRESSES UTILES

1). Comment se rendre dans le pays d’étude, y séjourner, s’y déplacer
Sources : http://www.mfe.org/index.php/Portails-Pays/Norvege (Maison des français à l’étranger, site institutionnel de l’expatriation)

A). Entrée et séjour

a). Passeport, visa, permis de travail

La Norvège appartient à l'espace Schengen depuis le 25 mars 2001.
S'il n'existe plus de contrôle aux frontières pour toute personne d'un autre pays de l'espace Schengen, il est néanmoins indispensable d'être en mesure de produire un passeport ou une carte nationale d'identité en cours de validité durant son séjour.
Un salarié (travailleur saisonnier ou à durée déterminée) ou un demandeur d'emploi peut résider librement en Norvège pour une durée de trois mois sans avoir de permis de séjour et de travail à condition de pouvoir subvenir à ses besoins.
Depuis le 1er janvier 2009, il n’est plus obligatoire d’avoir un permis de séjour pour les salariés. Néanmoins, il faut s’enregistrer auprès de la police de sa commune. Le permis de séjour reste obligatoire pour certaines catégories de personnes (étudiants, femme au foyer, etc.)

b). Formalités douanières

Les transports par route sont les plus pratiqués au départ de la France, tant pour les délais (entre une semaine et un mois) que pour les coûts (environ 6000€).

c). Vaccination

Aucun vaccin n'est exigé pour l'entrée en Norvège.

Animaux domestiques

Les chats et les chiens peuvent être importés d’un pays membre de l’UE ou de L’AELE sur présentation d’un Passeport d’Animal que vous pouvez obtenir auprès d’un vétérinaire agrée par l’administration centrale de l’inspection nationale de la santé animale. Le Passeport d’Animal remplace le certificat vétérinaire qui est divisé en deux parties :
1. Partie Certificat sanitaire
2. Partie Certificat de vaccination
Le certificat sanitaire doit avoir été rempli et signé par un vétérinaire autorisé, au plus tôt 10 jours avant l'importation en Norvège. Le certificat sanitaire atteste que l'animal n'est pas suspect de pouvoir transmettre des maladies contagieuses et qu'il a été traité contre l'échinococcose. L'animal doit subir un nouveau traitement contre l'échinococcose, chez un vétérinaire, dans les sept jours suivant l'arrivée en Norvège.

B). Coût de la vie

a). Monnaie et change

L'unité monétaire est la couronne norvégienne.
En novembre 2010, la couronne norvégienne (NOK) vaut 0,122491 euros, c'est-à-dire qu'un euro équivaut à 8,16 couronnes norvégiennes.
La plupart des cartes bancaires sont acceptées en Norvège dans les hôtels, les restaurants, les grands magasins, la majorité des commerces et des stations-services ; en revanche, ce n'est pas toujours le cas dans les supermarchés, le Vinmonopolet et les pharmacies qui n’acceptent que les cartes à débit immédiat.
Les retraits d'argent peuvent s'effectuer dans les banques, les bureaux de poste (il en existe un dans chaque ville), les distributeurs automatiques (important réseau ouvert 24h/24), les kiosques et supermarchés (moins coûteux que dans les distributeurs automatiques).
Attention aux horaires d'ouverture des banques : 9h-15h (15h30 en hiver) du lundi au vendredi.
Si plusieurs grandes banques françaises sont présentes dans le pays (BNP, Crédit Lyonnais, Société Générale), elles ne gèrent cependant pas de comptes de particuliers.
L'ouverture d'un compte bancaire en Norvège est conditionnée par la possession d'un numéro statistique personnel (personnummer).

b). Opérations bancaires
Les transferts de fonds sont libres. Il n'existe pas de contrôle des changes.

c). Budget

Le candidat à l'expatriation devra se garder de chercher à apprécier sa situation en convertissant tous les chiffres en euros, ou en tentant de déterminer le pouvoir d'achat en France du montant obtenu. Cette appréciation doit se faire avant tout sur le montant des dépenses dans le pays d'expatriation, qu'elles soient exprimées en monnaie locale ou en euros.
Des erreurs d'arrondis peuvent survenir.
Estimation du budget moyen mensuel nécessaire à un expatrié pour couvrir l'intégralité de ses dépenses :
- 2500€ pour un célibataire
- 3500€ pour un couple
- 5000€ pour un couple avec deux enfants.

C). Logement

a). Où se loger ?

Oslo
Prix moyen d'une chambre d'hôtel
( Chambre double) couronnes norvégiennes euros
Grand tourisme 850 103
Moyen tourisme 550 67

Loyer mensuel
Quartier résidentiel couronnes norvégiennes euros
Studio 8 500 1 054
3 pièces 15 000 1 800
5 pièces 25 000 3 050
Villa 35 000 4 270

Loyer mensuel banlieue couronnes norvégiennes euros
Studio 7 500 915
3 pièces 12 000 1 464
5 pièces 20 000 2 440
Villa 25 000 3 050

Auberges de jeunesse
La Norvège compte environ 70 auberges de jeunesse y compris dans le nord du pays. Les tarifs (pour une personne) peuvent varier de 15 à 60€ la nuit.

b). Conditions de location

Les quartiers résidentiels sont situés à l'ouest d'Oslo, en bord de mer ou sur les collines surplombant la ville.
Le marché locatif est peu important. Les agences immobilières s'occupent surtout de transactions achats-ventes et proposent un choix restreint. La recherche s'effectue essentiellement sur internet. Il existe un contrat-type de location que l'on peut se procurer chez les libraires. Les avocats ont néanmoins l'habitude d'établir des contrats particuliers conformes à une législation locale assez complexe.
Les locations concernent surtout des logements vides, appartements dans le centre-ville et maisons dans les quartiers résidentiels proches. Le coût de la location est proportionnellement plus élevé pour les petites surfaces.
Selon la saison, le délai moyen pour trouver un logement peut varier d'une semaine à un mois. La durée du bail dépend de la surface et du type de contrat (comprise entre 6 mois et 2 ans d'une façon générale).
Compte tenu de l'ancienneté de certains bâtiments et afin d'éviter certains malentendus à la fin du contrat, il est recommandé d'effectuer un état des lieux.
Le loyer est payable d'avance. En outre, une caution de trois mois est souvent pratiquée, mais une garantie bancaire peut être proposée au loueur, consistant pour le locataire à souscrire une assurance pour le paiement du loyer en cas de défaillance.
Le délai de résiliation d'une location par le propriétaire d'un meublé est souvent très réduit (une semaine à un mois, précisé dans le contrat, en conformité avec la législation locale). Par contre, la législation est plus contraignante (à partir de 3 mois de préavis) pour le locataire qui souhaite résilier son contrat. Les usages locaux impliquant un bail consenti par le propriétaire, le contrat est rompu de plein droit en cas de vente du bien immobilier.
La tendance actuelle du marché immobilier incite à l'achat. Pour la procédure à suivre, il faut alors consulter les agences, lesquelles sont assez contrôlées par la législation (une école d'Etat sanctionne les études par un diplôme obligatoire pour exercer la profession).
La consommation d'eau, lorsqu'elle n'est pas comprise dans les charges, est minime. Le chauffage, souvent électrique, est le poste du budget le plus lourd, hors loyer et alimentation.

D). Transport

a). Etat du réseau routier

Le réseau routier, en bon état, ne laisse aucune ville inaccessible ; il est à noter que des routes de montagnes peuvent être fermées une partie de l'année (les périodes peuvent varier d'une année à l'autre). Les pneus d'hiver sont obligatoires du 1er novembre au 15 avril (15 mai dans les régions du nord).
Les routes sont essentiellement à une voie - dans chaque sens - sauf aux abords des principales villes. Il faut acquitter environ 20 NOK pour l'entrée dans Oslo,
Bergen et Trondheim.
Les pistes encore nombreuses dans les campagnes et le nord du pays (seul 60 % du réseau est asphalté) sont souvent soumises à péage (10 à 20 NOK).

b). Modes de transport préconisés localement

Oslo et sa périphérie sont desservies par un réseau de tramway et de métro. Un réseau de bus complète la desserte du tramway. Pour une course en taxi il faut compter environ 800 NOK pour le trajet ville/aéroport et 100 NOK environ pour une course en ville.
Dans les campagnes, et au nord après Bodø jusqu'à Kirkenes, l'autocar assure les liaisons internes.
Une cinquantaine d'aéroports et plusieurs compagnies aériennes maillent le territoire.
L'aéroport international d'Oslo (Gardermoen) se trouve à 50 km au nord de la ville. Un train-navette le relie à la capitale toutes les 20 à 25 minutes (170 NOK aller
Norvège simple).
Le chemin de fer norvégien, à vocation plutôt touristique, relie les principales villes du pays et s'arrête à Bodø au nord.

E). Santé

a). Médecins

L'état sanitaire de la Norvège, ainsi que son infrastructure médicale, sont comparables à ceux des autres pays développés. Toutes les pathologies sont suivies. A noter que les médecins ne se déplacent pas à domicile et ne consultent que durant les heures de bureau. En cas d'urgence, il faut se rendre à l'hôpital.
Le coût d'une consultation chez un généraliste est de 250 NOK (37,50€) tarif minimum en journée. Dans les cliniques les tarifs sont nettement supérieurs (800
NOK- 100€).
Chaque dentiste fixe ses tarifs. Compter en moyenne 600 NOK (75€) pour une simple consultation. Pour des actes, il faut compter environ 1000 NOK minimum
(125€).

b). Médicaments

Les médicaments, même les plus courants, ne sont délivrés que sur prescription médicale.
Il est vivement conseillé de consulter le médecin traitant avant le départ et de souscrire une assurance rapatriement.
Pour un court séjour, se munir de la carte européenne d’assurance maladie à demander à votre caisse d’assurance maladie au moins 15 jours avant le départ.

F). Scolarisation

a). Enseignement supérieur

Il existe en Norvège 6 universités, 6 instituts universitaires spécialisés, 25 écoles nationales supérieures, 2 écoles nationales de beaux-arts et 29 établissements privés d’enseignement supérieur.
Le système d’enseignement supérieur couvre l’ensemble des programmes éducatifs dispensés dans les universités et les établissements d'enseignement supérieur.
L’entrée dans ces établissements est généralement soumise à la condition d'avoir suivi jusqu'à son terme l'enseignement dispensé dans les lycées. À l’exception de quelques écoles privées, l’ensemble de l'enseignement supérieur dépend de l'État. En règle générale, la scolarité est gratuite. Toutefois, certains programmes de formation professionnelle, d'enseignement spécialisé et de formation continue, ainsi que certains cursus privés, peuvent être payants.

b). Les universités

Les six universités de Norvège sont implantées à Oslo (la plus ancienne et la plus importante), Bergen, Trondheim (Université des Sciences et Techniques /
NTNU), Tromsø, Stavanger et Ås (Université Norvégienne des Sciences de la Vie, UMB). Les six instituts universitaires spécialisés sont l’École des Hautes
Etudes Commerciales de Bergen, le Conservatoire National de Musique, l’École Supérieure d'Education physique et sportive, l’École Nationale Vétérinaire, l'École de théologie luthérienne (MF) et l’École d’Architecture et de Design. Il existe en outre deux Écoles nationales de beaux-arts, l’une à Oslo et l’autre à
Bergen.
Le système des instituts universitaires a fait l'objet d'une extension, dans le souci de décentraliser et rendre plus accessible l’enseignement supérieur sur l’ensemble du territoire norvégien. Les 25 établissements concernés proposent des programmes d’enseignement plus orientés dans le sens de vocations professionnelles précises que ce n’est le cas dans les universités. Leur durée est en général comprise entre deux et quatre ans. De nombreux instituts universitaires offrent également des préparations au mastère et au doctorat. De nombreux étudiants combinent les deux types de cursus.

c). Le système des diplômes

La Norvège a été l'un des premiers pays européens à mettre en œuvre les objectifs fixés par le processus de Bologne en matière d'enseignement supérieur. En outre, un programme de réforme qualitative de l'enseignement supérieur a été appliqué sur trois ans, notamment dans le but de renforcer la mobilité des étudiants et la coopération internationale en matière éducative. La mise en œuvre du nouveau système de diplômes permet aux étudiants ayant accompli tout ou partie de leurs études en Norvège de faire plus aisément reconnaître leurs qualifications dans d'autres pays.

2). Us et coutumes dans le monde des affaires (business et bonnes manières)
Source : UBIFRANCE et les Missions économiques

A). Tenue

Lors d’un rendez-vous, il est conseillé de s’habiller de manière irréprochable mais pas ostentatoire. Tâchez d’être à l’heure. Le port de la cravate n’est pas obligatoire pour les rendez-vous d’affaires.
Langues officielles
Le norvégien est suffisamment proche du suédois et du danois pour que ces trois peuples scandinaves se comprennent mutuellement sans grande difficulté.
La plupart des Norvégiens parlent l’anglais mais ils sont peu nombreux à parler le français. Une bonne maîtrise de l’anglais est une condition sine qua non pour aborder ce marché.
Les pratiques commerciales du pays.

B). Mode de règlement

Le virement SWIFT est de loin le moyen de paiement le plus répandu et le plus efficace. L’usage du chèque est peu répandu. C’est le deuxième pays au monde pour le paiement par carte, même pour les sommes modiques.

C). Règlementations de base – ou référentiel à consulter

La rédaction des contrats est souvent moins détaillée et moins formelle qu’en France. Sauf mesure législative contraire, toute convention verbale engage les parties. En prévision de litiges possibles, il est recommandé de prévoir une clause de juridiction ou d’arbitrage. Pour le choix des tribunaux, mieux vaut naturellement choisir les tribunaux les plus compétents et les plus rapides. Souvent les tribunaux norvégiens sont à préférer car on y admet au moins des documents contractuels en anglais et les procédures y sont généralement plus rapides. La Norvège et la France étant lié par la convention de Lugano, les décisions d’un juge sont exécutables dans les deux pays.
A défaut d’utiliser une langue scandinave, il est recommandé de rédiger les contrats en anglais. Fort d’une longue tradition commerciale internationale liée aux activités d’import/export, de transports maritimes et de son industrie pétrolière, le pays dispose de nombreux avocats spécialisés dans les contrats internationaux.

D). Règles de communications lors des contacts professionnels et personnels

En Norvège, le point de départ d’une approche commerciale n’est pas la rencontre directe, car celle-ci représente plutôt l’aboutissement d’un travail de communication.
Du fait du haut pouvoir d’achat dont jouissent les consommateurs et les entreprises, les acheteurs norvégiens sont très sollicités ce qui les oblige à être très sélectifs. Il faudra donc convaincre vos interlocuteurs que votre produit est fiable, attractif et original.
Pour ce faire, vous devrez envoyer des documents de présentation très complets (Plaquette sous format PDF ou lien vers un site internet en anglais). N’hésitez pas à mettre en avant les normes de qualité auxquelles vos produits sont conformes (ISO). A ce stade, on vous demandera souvent de communiquer votre liste de prix. Ceux-ci devront être les plus proches possible du niveau de marché car il n’est pas dans la culture norvégienne de marchander. Si votre produit et son prix sont attractifs aux yeux de vos interlocuteurs, vous obtiendrez des rendez-vous.
Par ailleurs, la ponctualité est une règle d’or : si vous êtes en retard, ne serait-ce que de cinq minutes, appelez afin de prévenir votre interlocuteur de votre retard.

Enfin, le modèle norvégien est basé sur la confiance liée à la faible hiérarchie régnant au sein de l’entreprise et au niveau de responsabilité élevé des employés. La prise de décision n’est donc pas nécessairement le fait du chef d’entreprise, ce dernier jouant avant tout un rôle d’animateur, tâchant de créer une émulation parmi ses collaborateurs. Il faut donc se tenir prêt à négocier sérieusement avec la personne qui a été désignée pour vous rencontrer.

3). Points contacts et adresses utiles (appuis en France ; appuis à l’étranger ; bibliographie)

A). Annuaires

Les annuaires d'entreprises

Pages jaunes http://www.gulesider.no/ Guide des entreprises de la région d'Oslo
Oslo Teknopol IKS Besøksadresse: Tollbugt.32, Oslo Tel: +47 22 00 29 90
E-post: info@oslo.teknopol.no

Kvasir - Moteur de recherche d'entreprises (en Norvégien) http://www.kvasir.no/ Portail commercial norvégien http://www.nortrade.com/ Les fédérations industrielles

Fédération de l'Industrie norvégienne Næringslivets Hus,
Middelthuns gate 27, Majorstuen, Oslo Tlf (+47) 23088800
E-post til organisasjonen: post@norskindustri.no E-post til kommunikasjonsavd: info@norskindustri.no

La Confédération des entreprises norvégiennes
NHO
Postboks 5250 Majorstuen
0303 Oslo
Téléphone: 23 08 80 00
Fax: 480 22 800
Télexas: 23 08 80 01

Les chambres de commerce et leur représentation à l'étranger
Chambre de commerce d'Oslo
Oslo Handelskammer,
Henrik Ibsensgt. 100, 0255 Oslo, Norge TLF 22 12 94 00
FAKS 22 12 94 01
E-post mail@chamber.no

Ministère du Commerce et de l'Industrie
Nærings- og handelsdepartementet,
Postboks 8014 Dep, 0030 Oslo – Tlf 22 24 90 90
E-post postmottak@nhd.dep.no

Innovation Norway
Telephone: + 47 22 00 25 00 post@innovasjonnorge.no GIEK
GIEK, Dronning Maud gt. 15
Postboks 1763 Vika, 0122 Oslo, Norway
Tel: +47 22 87 62 00
Fax: +47 22 83 24 45

Les fédérations d'entreprises
La Confédération des entreprises et de l'industrie norvégiennes
La Fédération des entreprises de commerce et de services norvégiennes

B). Portails
Les ministères
Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation
Ministère du Commerce et de l'Industrie
Ministère des Affaires étrangères
L'office de statistique
Bureau central des statistiques
La banque centrale
Banque centrale de Norvège
Les places boursières
Oslo Børs
Les principaux journaux on-line
Aftenposten
Dagens Naeringsliv (en norvégien uniquement)
Verdens Gang (en norvégien uniquement)
The Norway Post

Les moteurs de recherche
Kvasir
Origo
Yahoo! Norge

Les portails économiques
Portails du monde : Norvège
Bedin - Monter et exploiter une entreprise en Norvège

C). Transport
Les ports
Port d'Oslo
Port de Bergen
Port de Stavanger
Les aéroports
Aéroport international d'Oslo (Gardermoen)
Aéroport de Bergen
Aéroport de Stavanger
L'administration des transports maritimes
Administration côtière norvégienne
Fédération des ports norvégiens
L'administration des transports aériens
Avinor
L'administration des transports routiers
Administration des transports publics norvégiens
L'administration des transports ferroviaires
Administration nationale des chemins de fer norvégiens

D). Voyage
Les organisations touristiques
Office du tourisme norvégien
Trouver un hôtel
Visit Norway - Hotels Visit Norway - Bed & Breakfast Visit Norway - Youth Hostels Visit Norway - Camping Visit Norway Visit Norway

Trouver un appartement
Oslo appartements

Finn.no (en norvégien)
Craigslist Oslo
Trouver un emploi
Service public pour l'emploi
Manpower Norvège
Finn.no jobb
Monster Norvège
Adecco Norvège
Norges Vikar
Randstad

E). Outils de traduction
Apprendre quelques mots
Les bases de la langue norvégienne.
Les outils gratuits de traduction
Dicts - Traducteur de mots et de phrases de base
Free Translation - Traducteur de mots et de phrases de base
Tranexp
Traduction gratuite anglais-norvégien-anglais de textes et de pages web
Freedict.com
Dictionnaire gratuit anglais-norvégien-anglais

F). Cartes
Les cartes des réseaux urbains
Cartes du réseau des transports publics à Oslo
Maporama
Mappy
Trouver un itinéraire
Administration routière publique norvégienne
Via Michelin Norvège
G). Représentations diplomatiques et commerciales
Contacter l'Ambassade en France
Ambassade de Norvège en France
28, rue Bayard
75008 Paris
Tél. : 01.53.67.04.00
Fax : 01.53.67.04.40
Vous pouvez contacter l'Ambassade par email.
Représentations commerciales françaises en Norvège
La mission économique (choisissez le pays Norvège).
Ambassade de France en Norvège
Drammensveien 69
Oslo 2
Tél. : [47] (22) 232 846 00
Fax : [47] (22) 232 846 70
Vous pouvez contacter l'Ambassade par email.

H). Numéros utiles

Ambulances/Urgences : 113
Urgences à Oslo : 22.11.80.80
Aide aux enfants : 800.33.321./ 800.31.700. - Victimes de violences : 22.65.54.55.
Aide psychologique : 810.03.339.
Drogue anonyme : 905.29.359.

Pour de plus amples renseignements, vous pouvez consulter le site de l’INVS, ainsi que celui de l’OMS, qui vous renseigneront sur l’état sanitaire de ce pays, ou les sites de l’institut Pasteur de Lille et de l’institut Pasteur de Paris.

i). Autres :

a). Associations françaises

Association démocratique des Français à l'étranger- Français du Monde (ADFE-FdM)
Présidente : Pierre Lederlin
Skovveien 17, 0257 Oslo
Courriel : pierre.lederlin@hiof.no

Union des Français de l'étranger (UFE)
Président : Guy DE BRISIS
Postboks 2841 Solli - 0204 OSLO
Téléphone : 00 47 22 14 40 42 - Télécopie : 00 47 61 16 97 20
Courriel : ufen@online.no

Stavanger Accueil
Courriel : stavangeraccueil@yahoo.fr - Internet : http://stavanger.accueil.free.fr/
Oslo Accueil
Rendez-vous au Centre culturel français, le 1er mercredi de chaque mois de 11h à 13h30.Rendez-vous au Centre culturel français, le 1er mercredi de chaque mois de 11h à 13h30.Centre culturel français - Holtegaten 29. - 0355 Oslo - Internet :www.france.no/osloaccueil/index.asp

Association franco-norvégienne
Cambre de commerce franco-norvégienne
Oscars gate 42 - 0258 Oslo
Téléphone : [47] 22 42 57 00 - Télécopie : [47] 22 42 76 13

b). Divers

Norske Vandrerhjem - Hostelling international
Torggata 1 - N-0181 Oslo
Tél : (47) 23 13 93 00
Fax : (47) 23 13 93 50
Site internet : www.vandrerhjem.no

Chambre de Commerce Franco-Norvégienne
Oscars gate 42, NO-0258 OSLO
Tel : (+47) 22 42 57 00 – Fax : (+47) 22 42 76 13
@ : ccfn@ccfn.no - Site : www.ccfn.no
Ludovic CAUBET – Directeur
@ : caubet@ccfn.no

Office national norvégien de l’immigration (UDI) :
UDI - Utlendingsdirektoratet
Hausmannsgt.21
0182 Oslo
Tél. +47 23 35 16 00
Internet : www.udi.no - Courriel :ots@udi.no
Police
Schweisgaardgate 17
0191 Oslo
Tél : +47 22 66 12 00

Ministère des Affaires étrangères et européennes : le bureau des légalisations
57 boulevard des Invalides - 75007 Paris
Téléphone (de 14 à 16 heures) : 01 53 69 38 28 / 01 53 69 38 29 - Télécopie : 01 53 69 38 31…...

Similar Documents

Free Essay

Les Pays Cible de La France

...Les pays cibles de la France En quoi le secteur du luxe illustre- t-il les stratégies et les problèmes d'implantation auxquels la France doit faire face à l'international? Plan Introduction……………………………………………………………………………………………………….………p.3 I. La France et le commerce extérieur……………………………….…..………….….p. 3-8 . 1. La Situation générale de la France : sa place dans le commerce internationale a. La France : une puissance exportatrice ………………………………….…….P. 4 b. … avec un fort déficit commercial structurel……………………….…..P.4-5 2. La France dans l’UE & la Triade c. L’Union Européenne………………………………………………………………….P. 5-6 d. La Triade………………………………………………………………………………..…P. 6-7 3. La France et les BRICS e. L’enjeu des BRICS………………………………………………………………..……….P. 7 f. Pourquoi la France n’y présente qu’une faible présence ?...........P.7-8 II. Le luxe : une réussite à la Française ……………………………………………....P.8-12 1. La situation du secteur du luxe et position de la France a. Présentation du secteur………………………………………………………..….P.8-9 b. Opportunités pour la France…………………………………………………..P.9-10 2. La matrice multicritère et ses implications c. La matrice multicritère et le SWOT………………………………………......P.10 d. La chine et l’Inde : deux eldorado pour le luxe français…....P.10-11-12 Conclusion…………………………………………………………………………………………………………………P.12 Annexes (1,2,3)………………………………………………………………………….……………………………P.13-14 ...

Words: 6382 - Pages: 26

Free Essay

Etude de Cas

...Etude de cas « LA MARQUE MONDIALE DE STELLA ARTOIS » Historique Pour mieux connaitre l’histoire de Stella Artois, il faut bien connaitre l’histoire de “Interbrew”. Interbrew était née brasserie Den Horn en Belgique l’année 1366, puis est devenue Artois d’après Sébastian Artois le maitre brasseur qu’il l’a achèté en 1717. Cette dernière a vu son expansion dans les années 50 après l’acquisition des brasseries majeures comme Leffe en Belgique, Dommelsch dans les Pays Bas, et Nord de la France. En 1987, la fusion des brasseries Artois et Piedboeuf était Interbrew, qui a acheté d’autres brasseurs Belges comme Hoegaarden et Bellevue. Cette croissance continuait dans des nouveaux pays Européens et même au Canada avec le Brasseur Labatt qui ouvrait les portes de l’Amérique, puis de l’Amérique Latine par le Mexique. Vers la fin des années 90, Interbrew continua son expansion dans presque tout le marchée Européen, en Russie, et dans l’Asie de l’Ouest particulièrement en Chine et en Corée. Au début du 21eme siècle, Interbrew, la simple brasserie belge est devenue l’une des plus grandes compagnies de bière au monde présente dans 23 pays des quartes continents. Stella Artois, étant une bière héritée de la longue histoire d’Interbrew, se distingue par le lancement de sa version modèle en 1920 comme « Bière pour Noel » et par son cheminement mondiale croissant qui l’a rendu en 1998 la première Bière Blonde de l’Europe. Analyse de la situation Plusieurs défis attendaient la......

Words: 1746 - Pages: 7

Free Essay

Étude de Marché Comptage Routier

...location)QATAR | * Comptage d’intersection * Comptage de carrefour giratoire * Comptage de « trafic moyen journalier » * Etudes de générateurs de déplacements * Etude d’intervalles * Etude de LAPI * Etudes origine-destination * Etudes de temps de trajets * Etudes de parking | PCR mesure & analyse du trafic routierRéférencement site spécialisé techni-contact.comAix en Provence | * Mesure de trafic routier * Comptage sur pistes cyclables * Enquêtes routières * Vente de matériel | IAU-IDF Institut d’Aménagement et d’UrbanismeParisSociété Publique(potentiel concurrent nouvelle loi) | * Plans de déplacements urbains * Plans de circulation piétonne et cycliste * Etude des conséquences pour la voirie des projets d’urbanisme * Le dimensionnement des parkings de stationnement * Etude de trafic | MAGYSEvryVente de produit (substitution) indirecte | * Compteur mobile radar * Compteur mobile magnétique * Compteur mobile pneumatique * Stations Hors Sol Multivoies * Station Radar Bidirectionnelle | COSITREX91330 YerresPARTENAIRES : bureaux d'études spécialisés dans les domaines de l'urbanisme, des VRD, de la socio-économie, de l'architecture et du développement territorial | * Aménagement des voies et des carrefours * Plans de circulation * Régulation des feux et exploitation des infrastructures * Etudes de trafic * Modélisation et simulation des déplacements * Enquêtes de circulation et de stationnement *......

Words: 1010 - Pages: 5

Premium Essay

Background of Etude House

...Background of Etude House: Etude House is a popular cosmetics brand originated from South Korea owned by a chemical and cosmetics company Amorepacific Corporation. The name ETUDE was inspired by a famous Polish composer Frederic Chopin's studies for the piano from the early 1800's. The company was founded in the year 1966 and the corporate name was changed to Oscar Corporation in 1985. During 1990, Amore Pacific Group incorporated the company and have decided to change the company's name to Etude Corporation in 1997. Etude House is one of the main cosmetics retailer in South Korea and the first Etude House retail store was opened in Seoul during 2005 and is growing rapidly ever since then. In the year 2009, Etude House launched stores in several countries including Malaysia, Taiwan, Singapore and more. It now has around 9 retail stores all spread across Kuala Lumpur and Selangor in Malaysia and has grown into a famous cosmetics retailer for the ladies here. Environmental forces affecting the retail store: Environmental forces are the uncontrollable forces that will affect the survival, operations, growth of an organization and the results of a marketing decision. There are several forces that will affect the business of the retail store Etude House. The first force is the technological forces. Advanced technology often creates new products based on innovation and creativity and it has the potential to change the ways of operating a business. The......

Words: 450 - Pages: 2

Free Essay

Etude de Cas Adidas

...Etude de cas marketing : Adidas et le marché des chaussures de sport 1. Diagnostic SWOT EXTERNE Opportunités Menaces Le marché du sport  Les ménages français dépensent en moyenne 1,4 fois plus d’argent pour l’achat d’articles de sport par ans que les autres pays européens, c'est-à-dire 353 euros  France = premier marché européen des articles de sport avec 8,3 milliards d’euros, soit une hausse de 2,8%.  Croissance importante du marché français  60% de la population française déclare pratiquer un sport au moins une fois par semaine, 23% sont membre d’un club et 13% participent à des compétitions  grande importance accordée au sport par les français, soit 36040067 clients potentiels  Multiplication des évènements sportifs en Europe  réel engouement des Français pour le sport  intérêt accordé à un ou plusieurs sports = facteur d’achat d’équipement sportif, dont les chaussures  Aujourd’hui la « basket » est devenue une chaussure de ville comme de sport  70% des articles de sport sont achetés pour un usage de loisir. Le marché de la chaussure de sport  36,2 millions de paires vendues en 2002 pour 1,5 milliards d’euros = hausse de 4% en volume et 10% en valeur par rapport à 2001  marché en forte croissance  Augmentation de la valeur du marché de chaussures de sport 2,5 fois plus élevée que la hausse du volume du marché  population française apte à dépenser plus pour l’achat d’un même article  Un tiers des chaussures de sport......

Words: 3594 - Pages: 15

Free Essay

Etude de Marché, Music

...Méthodologie de recherche 10 Etude qualitative 10 Etude quantitative : 12 Analyse des résultats 15 Analyse des données qualitative : 15 Analyse des données quantitative : 16 Limites de l’étude 27 27 Conclusions, discussion et implications 28 Bibliographie: 31 Annexes: 32 Résumé du projet  L’écoute de la musique classique est une pratique sans doute très appréciée par une grande variété de personnes, toutefois il arrive souvent que certaines salles de concerts classiques ne soient pas remplies comme espéré. La faculté de musique de l’Université Laval ne fait pas l’exception. Pour cette raison, ayant comme mandat de réaliser une étude de marché, nous avons décidé de traiter le cas des concerts de musique classique organisés par la faculté de musique au sein de l’Université Laval. L’objectif de notre travail a été celui de comprendre pourquoi les personnes assistent aux concerts de musique classique de l’université, ou mieux encore, pourquoi ils n’y assistent pas. Nous avons cherché d’identifier et mesurer les critères auxquels les clients et les non-clients, donnent le plus d’importance, afin que la faculté de musique puisse créer des offres mieux adaptées aux attentes des clients. Nous avons tout d’abord commencé par citer des chiffres dans notre introduction, dont l’objectif a été d’illustrer la situation de la musique classique au Canada. Nous avons lu 8 articles scientifiques afin d’en sélectionner les cinq plus pertinents pour notre étude. Cette......

Words: 11279 - Pages: 46

Premium Essay

Variable Pay

...Timothy Hasson Discussion Board 2 BUSI 642 Liberty University Q2) What are some of the pros and cons of linking pay to objective criteria that are important to the organization such as quality control measures, profitability, and low turnover? Introduction Today over 80 percent of US firms have implemented some type of variable pay program for the non-executive employee population (Merriman and Deckop, 2007, p. 1027). The high percentage of firms deploying variable pay programs clearly demonstrates that there is sound business benefits associated with the practice. The focus of this work is to discuss both the advantages and disadvantages of linking pay to objective organizational measures. The study includes analysis of plans at the individual, team and organizational levels. Advantages (pros) According to Gerhart, Rynes and Fulmer (2009) aligning pay to objective criteria has demonstrated the capacity to improve firm performance by as much as 30 percent over firms without incentive programs (p. 254). From an organizational perspective, variable pay programs linked to objective criteria have a motivational effect on employees by changing the amount or intensity of work output and can serve to move the workforce navigationally in the right direction to achieve critical near-term operational targets (Merriman and Deckop, 2007, p. 1028). Expanding on the theme of operational targets, by enabling the workforce to consolidate efforts on key objectives......

Words: 894 - Pages: 4

Free Essay

Pay for Eprformance

...Pre course assignment 2: Performance Related Pay The assignment is to write a paper about Performance Related Pay (2000 words) Performance Related Pay is receiving a great deal of attention. On the one hand (collective) labour agreements are increasingly including arrangements that relate to pay-forperformance, at the same time there is also strong resistance. Trade unions have never been enthusiastic proponents subject to certain conditions, but opinions are also divided in employers' circles. Pay-for-performance is even named as a root cause for the crisis of the financial sector and for the collapse of some companies. A number of companies have recently announced that they will abolish or change their pay- for-performance systems. When organizations have performance related pay systems in place, (front line) managers usually play an important role. They make pay decisions, or provide information for these decisions. The paper is also a preparation for a class debate about pay for performance in the fourth lecture. The debate will be about the statement: “The introduction of individual pay for performance contributes to an improvement in a company's (financial) performance” The paper will be written from one of three starting points: 1. You are against the statement: all arguments you discuss should underpin that the statement is false 2. You are in favour of the statement: all arguments you bring forward should underpin that the statements is true 3. You are undecided:......

Words: 453 - Pages: 2

Premium Essay

Incentive Pay

...growing proportion of firms have started using Results Control as a way of keeping employees motivated rewarding employees for their efforts and outcomes and including this aspect in the pay schemes. (Bryson, Freeman, Lucifora, Pellizzari and VirginiePérotin [2011]). This has been supported by research that indicates pay incentives lead to greater effort than it would have if it was not present (Bonner, Sprinkle [2002]). Results Control empowers employees to take the best possible actions and holds them accountable for these actions in order to obtain the desired results (MCS). The fact that even today many employers continue to use pay incentive systems is an indicator that the model has worked and there are many advantages to using it, however some evidence indicates that there are few factors that determine its effectiveness (Bonner, Sprinkle [2002]). This essay will focus on the relationship between pay incentives and employee effort using economic theories, advantages and instances where it has been successful and the factors that impact the effectiveness of these incentives. The essay will contend that pay incentives are powerful motivators to induce effort however it needs to be designed carefully considering various contingency factors. There is a strong relationship between pay incentives and employee efforts, consequently greater efforts lead to higher performance. Evidence suggests that there are certain theories that detail the process through which......

Words: 1587 - Pages: 7

Free Essay

Etude Pays

...Etude Pays Emirats Arabes Unis : Dubaï Réalisation : GUERRIER Clara - Etudiante en BTS Commerce International Session : 2014/2016, Lycée Ampère Epreuve CCF : E41,E42 Remis le 5 décembre 2014 A l’entreprise LUSH 1 Sommaire Introduction .........................................................................................................................................3 1. Accessibilité ...............................................................................................................................4 1.1. 1.2. Données historiques et politiques.................................................................................4 1.3. Législation....................................................................................................................5 1.4. Aspects socioculturels...................................................................................................5 1.5. 2. Caractéristiques géographiques, climatiques et accessibilité ......................................4 Commerce extérieur......................................................................................................5 Potentialités.................................................................................................................................6 2.1. Critères généraux.........................................................................................................6 2.1.1. Données démographiques.....

Words: 2798 - Pages: 12

Free Essay

Etude de Cas Gucci

...Étude de cas sur les entreprises du luxe : L'exemple du succès mondial de GUCCI |SOMMAIRE | Introduction.................................................................................................................................3 I. Le marché du luxe confronté à une concurrence exacerbée....................................................4 II. Diagnostic global....................................................................................................................5 III. Diagnostic interne.................................................................................................................7 IV. Axes stratégiques passés et futurs.........................................................................................9 Références.................................................................................................................................11 INTRODUCTION Quelle est l’histoire du groupe Gucci? |Les points importants de l'histoire de la compagnie sont comme suit: | | |  | | |1921 |[|Fondation de la compagnie par Guccio GUCCI à Florence en Italie ...

Words: 3329 - Pages: 14

Free Essay

Etude

...Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) SOURCES DU DROIT – HIERARCHIE DES TEXTES Les sources de droit Depuis l’ordonnance de Charles IX, de juillet 1566, éditant pour les travaux de couverture, des mesures de sécurité, en passant par les premières lois du 19ème siècle, l’ère des grands décrets au 20ème siècle, la réglementation dans le domaine de la santé – sécurité au travail (SST) est nombreuse et variée. On appelle source de droit, les divers procédés par lesquels les règles de droit sont élaborées. Ces règles constituent une réponse à la problématique suivante : comment se comporter, quelle décision prendre, quelle attitude à avoir, dans une situation particulière. L’inobservation d’une de ces règles entraîne une sanction, prévue parfois par la règle ellemême. Le système constitutionnel français institue une hiérarchie entre les diverses sources de droit. Aucune règle ne doit être en contradiction avec des dispositions d’une source qui lui est supérieure. Le paragraphe suivant, sans être exhaustif, cite les principales sources de droit intervenant dans la SST. La hiérarchie des textes La hiérarchie des principales sources de droit est la suivante : Conventions internationales : accords conclus par deux ou plusieurs Etats. Elles doivent respecter la constitution. Selon leur nature, elles sont ratifiées par le Président de la République ou le Parlement, et contrôlés par le Conseil d’Etat ou le Conseil Constitutionnel....

Words: 1047 - Pages: 5

Premium Essay

To Pay or Not to Pay Doc

...To Pay or Not Pay Student Name Professor Name Course Title July 6, 2016 1. By mid-2009, your organization was in a circumstance it had not confronted for quite a long time—its deals had dropped by 16 percent. Indeed, even General Motors, the bankrupt General Motors, which appeared as though it could do nothing ideal for some years, grew 8 percent amid the same time. As indicated by a few writers, the review cost Toyota more than $2 billion. Be that as it may, by March 2010, things appeared to be on the bounce back. Deals grabbed significantly, 35 percent from the earlier year, and 88 percent of the preceding month. You could simply pay the fine and concede shortcoming, however, if you do, the organization's notoriety for quality will take a maybe deadly blow. You wouldn't just be admitting that you committed an error, yet that you intentionally lied about it so as to continue profiting. Besides, affirmation of concealing would give extraordinary backing to the many claims that case Toyota submitted buyer extortion. What amount of cash would those settlements cost? You could, of course, only challenge the punishment and the confirmation. Be that as it may, your organization's notoriety is now delicate, and battling the administration (and possibly losing) may aggravate things even. 2. The push to lift quality at the organization will be driven by a group of quality boss officers from real locales, including North America and Europe. Toyota said it would hold......

Words: 452 - Pages: 2

Free Essay

Etude de Cas Rim

...Thomas Cadet Antoine Monnier Principes économiques des réseaux - Thierry Pénard – 2008/2009 - Master 2 Economie et conseil en technologie de l’information et de la communication et e-business Résumé L’étude que nous allons vous présenter va porter sur la compagnie canadienne « Reaserch In Motion » (RIM), célèbre pour exploiter et commercialiser les smartphones BlackBerry. Le marché des smartphones est en plein dynamisme aujourd’hui, ce qui est notamment du à l’entrée de nouveaux acteurs tels que HTC et Apple. L’objet de notre étude est de représenter la chaîne de valeur et le « business model » contenu dans BlackBerry. Plus généralement, nous nous pencherons sur une analyse concurrentielle du milieu des smartphones, à savoir quelles seront les perspectives et les tendances futures de ce marché. Sommaire Introduction I – Descriptif de la firme et son environnement 1.1 Présentation de RIM, maison mère de BlackBerry 1.2 Environnement 1.2.1 Présentation des marchés 1.2.1.1 Smartphones 1.2.1.2 Services mobiles et logiciels 1.2.2 Analyse Structure Comportement Performance 1.2.2.1 SCP sur les smartphones 1.2.2.2 SCP sur les services mobiles II – Modèle BlackBerry 2.1 Positionnement stratégique de la firme 2.2 La création de valeur chez BlackBerry 2.3 Matrice SWOT de la firme RIM III – Stratégies 3.1 Hier : Le vent en poupe 3.2 Aujourd’hui : Le vent tourne 3.3 Demain : la tempête ? Conclusion Introduction Depuis quelques années, le marché des «......

Words: 6197 - Pages: 25

Premium Essay

Pay Rate

...NAME | YEAR | STEP RANGE (SHOULD) | STEP RANGE(IS) | CURRENT PAY | STEP RANGE(SHOULD) | WITHIN PAY STEP RANGE? | Charles Hamilton | 7 | 3 | 4 | 30,218 | 27,714-29,808 | overpaid | Mary Richardson | 11 | 5 | 4 | 32,250 | 32,400-36,000 | underpaid | Jerry Smith | 3 | 1 | 3 | 31,250 | 27,246-28,530 | overpaid | Theresa Jones | 6 | 3 | 3 | 31,600 | 30,032-32,292 | yes | Alicia Wadsworth | 6 | 3 | 3 | 38,950 | 36,577-39,330 | yes | Connie Johnston | 8 | 3 | 4 | 40,380 | 36,577-39,330 | overpaid | Velda Prescott | 2 | 1 | 1 | 33,250 | 33,184-34,748 | yes | Gloria Lopez | 4 | 2 | 2 | 40,050 | 39,357-41,428 | yes | Rosemary Jensen | 8 | 3 | 3 | 44,520 | 41,428-44,546 | yes | Questions (provide types answers): (1) Which of the employees current salaries fall outside their appropriate (i.e., respective) pay range? Charles, Jerry, and Connie were all overpaid and Mary was underpaid. (2) Based on their current salaries, which employee is over-/underpaid, and paid within the appropriate pay step range? Charles, Jerry, and Connie were all overpaid and Mary was underpaid. Theresa, Alicia, Velda, Gloria, and Rosemary were all paid within the appropriate pay step range. (3) What action would you take with regard to the pay of some individuals (note: if done correctly, you will have correctly paid, underpaid, and overpaid employees)? (a) What action(s) would you take with regard to the overpaid employees, and why? I would probably give them more......

Words: 476 - Pages: 2